La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Un hôpital en plein paradoxe

François Mauron

Publié le 20.01.2022

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Partager cet article sur:

Éditorial

La pandémie de coronavirus aura au moins eu un mérite: mettre en lumière le paradoxe qui frappe la politique hospitalière suisse. Depuis une dizaine d’années, les établissements de soins, gérés comme des entreprises, doivent limiter leurs coûts, au motif que les collectivités publiques ne pouvaient plus ad vitam aeternam éponger les ardoises laissées par certains hôpitaux dont les trésoreries avaient des airs de tonneau des Danaïdes. Conséquence: le nombre de lits a diminué, en particulier dans les unités de soins intensifs. Celles-ci ont pour vocation d’être occupées au maximum des possibilités, de façon à être rentabilisées. Le hic: un grain de sable sous forme de virus à couronne peut gripper la machine, faisant grimper le nombre de patients de façon imprévue, a

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00