La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

La formation, antidote à la précarité

Plus de la moitié des adultes qui sont bénéficiaires de l’aide sociale n’ont pas de diplôme professionnel

Emilie Moeschler observe «un phénomène très inquiétant, mais qui peut être réversible». © Keystone-archives
Emilie Moeschler observe «un phénomène très inquiétant, mais qui peut être réversible». © Keystone-archives

Pierre-André Sieber

Publié le 26.10.2022

Temps de lecture estimé : 4 minutes

Partager cet article sur:

Villes suisses » Une enquête menée dans 33 villes de Suisse durant l’année 2021 montre que plus de 50% des adultes touchant l’aide sociale ne disposent d’aucun diplôme professionnel. Pourtant, des dispositifs de formation existent déjà mais ils doivent être encouragés, car des freins comme l’accès aux bourses ou des questions de droit des étrangers gênent la prise en charge. Interview d’Emilie Moeschler, municipale lausannoise et vice-présidente de l’Initiative des villes suisses pour la politique sociale.

Ce que révèle l’étude sur les mesures de formation de l’aide sociale, menée par la Haute Ecole spécialisée bernoise, est-ce alarmant?

Emilie Moeschler: Oui. L’étude met en évidence un phénomène très inquiétant, ma

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11