La Liberté

Une victoire et le maintien

La Suisse a battu la République tchèque (2-1) hier soir à Saint-Gall. Elle conserve sa place en Ligue A

La Suisse peut une nouvelle fois remercier Yann Sommer (en vert) même s’il a aussi été aidé trois fois par ses montants. © Keystone
La Suisse peut une nouvelle fois remercier Yann Sommer (en vert) même s’il a aussi été aidé trois fois par ses montants. © Keystone

Laurent Ducret

Publié le 28.09.2022

Temps de lecture estimé : 6 minutes

Partager cet article sur:

Football » La Suisse aura droit à une quatrième campagne de Ligue des nations en Ligue A. A Saint-Gall, la sélection de Murat Yakin a assuré son maintien après avoir entamé sa phase de poules sur trois défaites.

Elle a battu 2-1 la République tchèque grâce à deux buts inscrits en l’espace de 72 secondes aux alentours de la demi-heure par Remo Freuler et par Breel Embolo pour cueillir une troisième victoire de rang. Le Zurichois a marqué de la tête sur un centre de Xherdan Shaqiri. Pour sa part, le Bâlois a exploité une bourde de Lukas Kalvach pour s’en aller battre l’ancien portier du FCB Tomas Vaclik.

Une note positive

Trois jours après son exploit en Espagne, cette victoire 2-1 face à la Roja que personne n’avait vu venir, la Suisse a dû cravacher ferme pour conclure cette Ligue des nations sur une note positive. Elle n’a pas vraiment maîtrisé le rythme d’une rencontre que les Tchèques ont cherché à emballer sans cesse. Et une fois de plus, elle peut remercier Yann Sommer. Déjà décisif à Saragosse, le portier de Mönchengladbach a détourné un penalty de Tomas Soucek à la 61e qui aurait permis aux Tchèques d’égaliser. Il est allé chercher sur sa droite la frappe du joueur de West Ham pour démontrer, s’il le fallait encore, qu’il était bien un gardien d’exception. Un gardien qui peut vous emmener sur le toit du monde dans deux mois au Qatar. Surtout s’il est toujours accompagné par la chance comme ce mardi lorsqu’il fut sauvé à deux reprises par ses montants.

Les 72 secondes de bonheur offertes à son public ne devaient pas occulter toutes les difficultés rencontrées par l’équipe de Suisse lors de la première période. Les Tchèques ne méritaient pas vraiment d’être menés à la pause. Sans la malchance avec une frappe d’Adam Vlkanova sur la transversale (8e) et sans un arrêt magnifique de Sommer devant Vaclav Cerny (22e), les Tchèques auraient dû mener au score.

L’absence du patron

L’absence de Manuel Akanji, suspendu, a été cruellement ressentie. Sans son patron, la défense n’a pas témoigné de la même rigueur qu’à Saragosse. Appelé à remplacer le Zurichois, Fabian Schär a ainsi été trop facilement éliminé sur l’action qui a conduit à la réduction du score de Patrik Schick à la 45e minute. A ses côtés, Nico Elvedi a commis, lui aussi, quelques erreurs, notamment la faute qui a provoqué le penalty de la 61e minute, face à un adversaire qui, il est vrai, se livrait pleinement.

Sorti sous les ovations du public à la 65e, Breel Embolo a mis un terme à la discussion quant à l’animation offensive de l’équipe de Suisse. Il jouera bien dans l’axe au Qatar, entouré de Shaqiri et de Noah Okafor. Absent lors de ce rassemblement en raison de maux dentaires, le joueur de Salzbourg ne peut toutefois pas se reposer sur ses – récents – lauriers. Comme à Saragosse, Ruben Vargas a, en effet, démontré de belles choses. Quant à Haris Seferovic, le train est, semble-t-il, passé. ats

Suisse - République tchèque 2-1 (2-1)

Saint-Gall: 15 353 spectateurs. Arbitre: Peljto (BIH). Buts: 29e Freuler 1-0. 30e Embolo 2-0. 45e Schick 2-1.

Suisse: Sommer; Widmer, Schär, Elvedi, Rodriguez; Freuler (91e Jashari), Xhaka; Shaqiri (65e Steffen), Sow (79e Zakaria), Vargas (79e Amdouni); Embolo (65e Seferovic)

République tchèque: Vaclik (46e Stanek); Coufal, Kudela (46e Havel), Zima, Jemmelka; Soucek, Kalvach (64e Kuchta); Cerny (79e Sevcik), Barak (65e Provod), Vlkanova; Schick.

Notes: la Suisse sans Okafor (blessé), Akanji et Omlin (suspendus). 100e sélection de Ricardo Rodriguez. Débuts internationaux de Zeki Amdouni et d’Ardon Jashari. 8e tir de Kalvach sur la transversale. 61e Sommer détourne un penalty de Soucek. 73e but de Vargas annulé pour hors jeu. 88e tête sur le poteau de Kuchta.


Tops et flops

Yann Sommer, la chance et le talent

Yann Sommer » Le cerbère est encore bien présent. Celui qui fait un début de saison tonitruant n’a pas oublié sa bonne forme en faisant sa valise pour rejoindre l’équipe de Suisse. Hier, dès la 2e minute, il a été décisif sur le premier corner tchèque. Mieux que cela, il a dégoûté Cerny à la 22e et surtout arrêté le penalty de Soucek au début de deuxième période. Sur le but, il ne peut pas grand-chose. Et, comme tous les grands gardiens, il a eu un peu de chance avec lui: les Tchèques ont touché trois fois les montants.

Breel Embolo » Depuis que Murat Yakin lui a donné les clés de l’attaque helvétique, le Bâlois n’est plus le même. Trop hésitant par le passé, il a démontré depuis septembre 2021 qu’il peut être le patron. Il dicte le rythme offensif, est à l’affût de la moindre erreur adverse comme sur son but de la 30e minute et surtout se met au service de l’équipe. Avec Ruben Vargas, également excellent hier soir, ils seront les métronomes de l’attaque suisse au Qatar.

Djibril Sow » Certainement utilisé à contre-emploi hier soir, le Zurichois s’est donné toute la peine du monde mais en a eu tout autant. Ses talents de récupérateur ont été utiles, certes, mais que ce soit à la relance ou lorsqu’il s’est présenté en attaque, il était systématiquement à contretemps. Djibril Sow a trop de qualités pour que Murat Yakin ne lui trouve pas la position parfaite. C’est la mission du sélectionneur d’ici au 24 novembre et l’entrée en lice au Qatar face au Cameroun.

Fabian Schär » Nous aurions aussi pu citer Nico Elvedi, coupable sur le penalty et trop souvent pris de vitesse par Patrick Schick, mais Fabian Schär a été davantage en difficulté. Ses passes longues? Toujours trop… longues. Ses habituelles cavalcades? Inutiles. Son placement? Laborieux. La présence du joueur de Newcastle sur le terrain hier a rappelé une chose: l’importance de Manuel Akanji dans l’arrière-garde helvétique. PB

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11