La Liberté

Murat Yakin: «Nous abordons ce match en confiance»

Publié le 06.12.2022

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Partager cet article sur:

Equipe de Suisse » Le sélectionneur de l’équipe de Suisse espère que ses protégés sauront se montrer audacieux.

Donner une chance au public suisse de vivre une nouvelle soirée inoubliable: telle est la louable ambition de Murat Yakin à la veille de croiser le fer avec le Portugal. «Nous sommes prêts, affirme le sélectionneur. Tout le monde est apte à jouer. Nous abordons ce match en confiance avec aussi l’intime conviction que l’audace doit payer. Les joueurs savent qu’ils sont désormais capables de battre les meilleurs. Ils savent aussi quel rythme adopter, quelle tactique choisir pour arriver à leurs fins. Ils savent enfin qu’une certaine euphorie perce dans tout le pays. Ils mesurent pleinement le poids des attentes. C’est pourquoi ils entendent vraiment offrir un match de plus à leurs supporters.»

Murat Yakin est prêt, lui aussi, à accomplir le grand saut, c’est-à-dire passer en 16 mois à peine de l’anonymat de la Challenge League à une possible qualification pour les quarts de finale de la Coupe du monde. «Oui, il est vrai que j’étais bien loin d’imaginer un tel parcours, glisse-t-il. A la veille de ce huitième de finale, je dois avouer ressentir une certaine fierté.»

Le sélectionneur précise qu’il a «l’embarras du choix». «Je me donne encore une nuit de réflexion pour choisir mon onze de départ», dit-il. Tout indique qu’il reconduira l’équipe victorieuse du Cameroun lors du premier match avec les retours de Yann Sommer et de Nico Elvedi pour un système en 4-2-3-1. Buteur contre le Cameroun et la Serbie, Breel Embolo cherchera «à gagner les premiers duels et à mettre d’entrée de jeu de l’intensité». «C’est comme cela que la chance pourra tourner en notre faveur», poursuit le Monégasque.

International depuis plus de six ans, Breel Embolo a tenu à rappeler le rôle essentiel tenu par un Valon Behrami, un Johan Djourou et un Gelson Fernandes qui ont su lui transmettre une valeur essentielle: «celle du travail», glisse-t-il. «Le talent ne suffit pas. Et c’est grâce aux valeurs qu’ils ont transmises, qui ont été relayées depuis par les Xhaka, les Sommer, les Rodriguez et les autres que nous sommes restés soudés. Que même si tu traverses des difficultés dans ton club, tu ne dois rien lâcher.»

Comme bien d’autres, Breel Embolo évoque une rencontre particulièrement «ouverte». «A nous de bien gérer les phases de transition», souligne-t-il. Le Bâlois a, enfin, tenu à préciser que l’équipe s’exerce aux tirs des penalties après pratiquement chaque entraînement. «L’idée est toutefois de se qualifier avant», sourit l’attaquant.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11