La Liberté

Les Phoenix Suns bientôt vendus?

Publié le 22.09.2022

Temps de lecture estimé : 1 minute

Partager cet article sur:

Basketball » Le propriétaire des Phoenix Suns, Robert Sarver, suspendu un an par la NBA pour comportements racistes et misogynes, a annoncé hier son intention de vendre la franchise, qui inclut l’équipe féminine du Mercury évoluant dans le championnat de WNBA. «Des mots que je regrette profondément éclipsent maintenant près de deux décennies de construction d’organisations qui ont rassemblé les gens – et renforcé la région de Phoenix – grâce au pouvoir unificateur du basketball professionnel masculin et féminin», écrit Sarver dans un communiqué.

«Je m’attendais à ce que la suspension d’un an me donne le temps de faire amende honorable et d’éloigner la controverse à mon sujet (…) Mais dans le climat impitoyable qui règne actuellement, il est devenu clair que ce n’est plus possible, que tout le bien que j’ai fait, ou que je pourrais encore faire, est dépassé par des choses que j’ai dites par le passé», poursuit-il, se décrivant comme «un homme de foi, croyant au chemin du pardon».

«Pour ces raisons, j’ai entamé le processus de recherche d’acheteurs pour les Suns et le Mercury. Je ne veux perturber ni ces deux équipes, ni les personnes qui travaillent si dur pour apporter la joie et l’enthousiasme du basket aux fans du monde entier», a-t-il conclu.

Sarver a été accusé de comportements racistes, misogynes et sexistes dans une enquête menée par le géant des médias sportifs ESPN en novembre 2021, qui s’était appuyée sur le témoignage de plus de 70 employés des Suns.

Mandatée après coup par la NBA, une commission d’enquête indépendante a établi que le dirigeant avait «clairement enfreint» les règles de bonne conduite encadrant le championnat nord-américain de basket. Entre autres propos condamnables, il avait notamment prononcé au moins cinq fois le mot «nègre», mais aussi dit à l’une de ses employées, alors qu’elle était enceinte, qu’elle ne pourrait plus faire son travail correctement si elle devenait mère. ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11