La Liberté

Julien Wanders distancé et barbouillé

Publié le 04.04.2022

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Partager cet article sur:

Course à pied » Pour son premier marathon, hier à Paris, le Genevois a connu des problèmes gastriques et de digestion. Il n’a pas pu faire mieux que 18e en 2h11’52.

Julien Wanders ne gardera pas un bon souvenir du premier marathon de sa carrière. A Parais, le médaillé de bronze des européens de cross-country 2019, indisposé, a été contraint de s’arrêter trois fois avec deux crochets par les toilettes d’une trentaine de secondes dans la première partie de course. Résultat, il a perdu le contact avec son groupe et même avec ses lièvres maison.

Le Genevois a fait l’effort de revenir, passant à la mi-course en 1h04’’00. Mais craignant pour son estomac, il ne s’est plus ravitaillé sur la fin et a terminé l’épreuve en hypoglycémie et avec un début d’hypothermie, qui ont nécessité qu’il aille se faire requinquer dans la tente sanitaire à l’arrivée.

Recordman d’Europe du semi-marathon et du 10 kilomètres, Julien Wanders n’avait jamais été confronté à ce type de problème auparavant. «Pour un premier marathon, c’était assez brutal. C’est allé au début mais ensuite, l’estomac s’est mis à gargouiller. J’ai perdu beaucoup d’énergie et à la fin, ça n’avançait plus», a expliqué l’athlète du Stade Genève. Julien Wanders a eu le mérite de terminer la course. Il a franchi la ligne d’arrivée à près de sept minutes du vainqueur, l’Ethiopien Deso Gelmisa (2h05’07).

L’objectif du protégé de Renato Canova, soit s’approcher du record de Suisse de Tadesse Abraham (2h06’40), n’a donc pas été atteint. Maigre consolation, Julien Wanders a obtenu les minima pour les championnats d’Europe de Munich. Son chrono fait de lui le 5e performeur suisse de tous les temps, derrière Abraham, Viktor Röthlin (2h07’23), Daniel Böltz (2h11’10) et Bruno Lafranchi (2h11’12). Reste à espérer pour lui que cette première, avec toute l’expérience emmagasinée aussi durant sa longue période de préparation, lui offrira un point d’ancrage précieux pour la suite.

Avant le départ, Julien Wanders avait déclaré qu’il entendait continuer sa carrière en combinant les épreuves sur piste et le marathon. La course s’est disputée dans des conditions très fraîches mais propices, sous le soleil. Derrière les Ethiopiens Gelmisa et Seifu Tura (2e à 3’’), le Corse Morhad Amdouni (3e) a pulvérisé le record de France, en 2h05’22.

Chez les femmes, la Kényane Judith Jeptum est devenue la première athlète en moins de 2h20 dans la Ville lumière (2h19’48). ATS

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11