La Liberté

Philippe Guignard évacué

Partager cet article sur:
30.06.2020

Tribunal » L’ex-pâtissier accusé d’escroquerie a dû quitter son procès dès le premier jour.

Philippe Guignard n’a pas pu aller hier au terme de la première journée de son procès à Renens (VD). L’ancien pâtissier, accusé d’escroquerie, s’est senti mal et n’est pas réapparu après la pause de midi. Il a alors été représenté par son avocate Marianne Fabarez-Vogt qui a promis que son client reviendrait pour la suite du procès, prévu sur huit jours.

Les autres avocats de cette vaste affaire ont accepté la dispense, mais exigé que Philippe Guignard ne bénéficie pas d’une «comparution à la carte». Il doit «réserver son énergie pour le procès», a demandé le procureur Anton Rüsch. Philippe Guignard, qui exploitait plusieurs établissements renommés au temps de sa splendeur, ne s’est jamais caché de ses problèmes de santé. Il souffre notamment d’une dépression depuis plusieurs années. Philippe Guignard a néanmoins affirmé vouloir aller au terme de son procès.

Selon l’acte d’accusation, l’ex-pâtissier comparaît pour avoir dupé seize personnes entre 2011 et 2013 avec un projet immobilier à Orbe (VD) et utilisé leur argent – plus de trois millions de francs – pour éponger des dettes personnelles et de sa société. Il aurait bénéficié de l’aide de trois comparses, qui doivent répondre de complicité d’escroquerie. La somme détournée ne lui a pas permis d’éviter la banqueroute. Sa société est tombée en faillite en 2014 et le pâtissier a été lui-même déclaré en faillite personnelle quelques mois plus tard.

L’ancien président du Lausanne-Sport (2002-2006) a tenté de se relancer en 2015. Mais ayant été rattrapé par la maladie, il a dû fermer son nouvel établissement à Orbe au printemps 2019. ATS

Articles les plus lus
suivez-nous sur insta

 

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00