La Liberté

Le POP se cabre contre les réformes

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Le Parti ouvrier populaire (POP) a expliqué hier devant la presse tout le mal qu’il pense de ce texte sur la magistrature. © POP/DR
Le Parti ouvrier populaire (POP) a expliqué hier devant la presse tout le mal qu’il pense de ce texte sur la magistrature. © POP/DR
Partager cet article sur:
07.08.2020

La consultation sur l’avant-projet de loi instaurant un Conseil de la magistrature s’achève le 20 août

Raphaël Besson

Justice » Après notamment la sordide affaire du tueur récidiviste Claude D. qui avait en 2013 ému et mis en lumière les limites, voire les dysfonctionnements, de la justice vaudoise et de ses rapports avec le politique, des réformes semblaient nécessaires. Le Conseil d’Etat vient de présenter son avant-projet de loi prévoyant l’instauration d’un Conseil de la magistrature. Pour l’heure, c’est la Commission de haute surveillance du Tribunal cantonal, issue du Grand Conseil, qui est chargée de cette tâche.

Près de quinze jours avant la fin de la période consultation, le Parti ouvrier populaire (POP) a expliqué hier devant la presse tout le mal qu’il pense de ce texte.

Collège de notables

«Nous craignons que se développe avec ce Conseil de la magistrature une sorte de gouvernement des experts, un collège de neuf notables auxquels tous les pouvoirs disciplinaires, de surveillance et de consultation des dossiers en cours seraient attribués» a dénoncé Anaïs Timofte, président

Articles les plus lus
suivez-nous sur insta

 

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00