La Liberté

Marina Tami: «Je n’ai rien contre le genre humain!»

Marina Tami dans son oasis: la cohabitation est joyeuse, entre tous ses pensionnaires, et aucun vétéran n’aurait l’idée de regarder les autres en chien de faïence.
Marina Tami dans son oasis: la cohabitation est joyeuse, entre tous ses pensionnaires, et aucun vétéran n’aurait l’idée de regarder les autres en chien de faïence.
28.04.2014

L'invitée du lundi Avec sa petite équipe, elle fêtera au tout début de l’été les dix ans de l’Oasis des vétérans. C’est-à-dire de son refuge pour chiens âgés ou abandonnés, qu’elle tient dans la campagne gruérienne près de Vaulruz.

Pascal Bertschy

Le plus dur, c’est de ne pas leur marcher dessus. Il y a des toutous partout. Agés, parfois cabossés, ils sont une cinquantaine à vivre à l’Oasis des vétérans. L’endroit devrait être triste, il déborde de couleurs. A l’image de Marina Tami, qui s’est installée dans cette ferme près de Vaulruz il y a dix ans pour y ouvrir son refuge. La vraie femme libre qui vit comme elle l’entend, mais ne pense pas qu’à elle…

- Marina, en arrivant chez vous, c’est la fête! On en oublie presque que vos joyeux vétérans reviennent de loin…

Ils appartenaient pour la plupart à des propriétaires qui ont dû partir en maison de retraite ou sont décédés. Mais comme certains chiens ont été abandonnés ou accidentés, on est confronté en effet &a

Pour lire la suite de cet article :

Découvrez La Liberté pour Fr. 9.-/mois, sans engagement

Profiter de l'offre

ou

Accédez à tous les contenus pendant 24 heures pour Fr. 2.70

Acheter un accès
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / Case postale 208 / 1705 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00