La Liberté

Un duo de bourreaux chez les Bolzes

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Le couple de bourreaux, juste avant qu’il ne prononce la mise à mort du Grand Rababou. Ce dernier brûlera très vite, pour le plus grand plaisir des nombreux spectateurs et musiciens. © Lib/Alain Wicht
Le couple de bourreaux, juste avant qu’il ne prononce la mise à mort du Grand Rababou. Ce dernier brûlera très vite, pour le plus grand plaisir des nombreux spectateurs et musiciens. © Lib/Alain Wicht
Le couple de bourreaux, juste avant qu’il ne prononce la mise à mort du Grand Rababou. Ce dernier brûlera très vite, pour le plus grand plaisir des nombreux spectateurs et musiciens.
Le couple de bourreaux, juste avant qu’il ne prononce la mise à mort du Grand Rababou. Ce dernier brûlera très vite, pour le plus grand plaisir des nombreux spectateurs et musiciens.
Un duo de bourreaux chez les Bolzes
Un duo de bourreaux chez les Bolzes
Partager cet article sur:
23.02.2020

Nouveauté au Carnaval des Bolzes, c’est un couple masqué qui a mis à mort le Grand Rababou

Photos Alain Wicht Textes François Mauron

Fribourg » Quel est le féminin de bourreau? Une femme chargée de l’exécution des peines est une bourrelle, un terme assez rare, car le métier, historiquement, est plutôt l’apanage de la gent masculine, mais que l’on rencontre dans certains romans, par exemple ceux de l’excentrique Belge Amélie Nothomb. Eh bien, dimanche après-midi, sur le coup de 16 h 30, c’est bel et bien une bourrelle qui a entamé la déclamation de l’acte d’accusation du Grand Rababou, au Carnaval des Bolzes, en Basse-Ville de Fribourg.

Pour cette édition 2020, en effet, c’est à un couple de bourreaux qu’échoit l’honneur de mettre à mort le colosse en carton-pâte, coupable comme à l’accoutumée de tous les maux qui ont frappé les Fribourgeois au cours de l’année &eacu

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00