La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Neutralité: le président mal pris

Ignazio Cassis est allé trop vite en tentant de redéfinir la neutralité en période de crise. Une baffe

Les tentatives du président Ignazio Cassis de faire passer une «neutralité coopérative» se sont heurtées au Conseil fédéral. © Keystone
Les tentatives du président Ignazio Cassis de faire passer une «neutralité coopérative» se sont heurtées au Conseil fédéral. © Keystone

Xavier Lambiel et Guillaume Chillier

Publié le 08.09.2022

Temps de lecture estimé : 8 minutes

Partager cet article sur:

Analyse » C’est un communiqué de presse bref et sibyllin qui met fin aux grandes ambitions du président Ignazio Cassis: le Conseil fédéral a décidé de s’en tenir à la neutralité telle qu’elle avait été définie en 1993. Hier, pour la seconde fois, le gouvernement a débattu du rapport sur la neutralité élaboré par le Département des affaires étrangères (DFAE). Très attendu, ce document a fuité un peu partout ces dernières semaines. Finalement, s’il répondra au postulat des commissions de politique extérieure, il n’aura toutefois pas l’effet de jeter les bases d’un grand débat national sur la neutralité. Pour Ignazio Cassis, c’est pour le moins un échec gênant, sinon une méchante humiliation.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11