La Liberté

Les hôtels tirent également la langue

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
L’hôtel Les Rosalys, aux Paccots, est actuellement fermé et le restera probablement jusqu’à la fin du mois de février. © Alain Wicht
L’hôtel Les Rosalys, aux Paccots, est actuellement fermé et le restera probablement jusqu’à la fin du mois de février. © Alain Wicht
Les hôtels tirent également la langue © DR
Les hôtels tirent également la langue © DR
Partager cet article sur:
17.01.2021

Des hôtels sont ouverts, et leurs spas et restaurants accessibles pour les clients. Mais le secteur souffre

Nicolas Maradan

Tourisme, Pierre-Alain Morard » Des tables dressées, des plats mijotant sur les fourneaux en attendant l’arrivée d’estomacs affamés, des convives emmitouflés dans leurs peignoirs en chemin vers les bains à bulles. Dans un pays immobilisé par la pandémie de coronavirus, les hôtels feraient presque figure d’oasis de normalité. En effet, dans ces établissements, les restaurants, les spas et les piscines sont toujours autorisés à accueillir des clients pour autant que ceux-ci dorment sur place. Mais cette normalité n’est qu’apparente. «Il faut être clair, la situation est catastrophique», avertit Raymond Surchat, président de l’Association fribourgeoise des hôteliers.

Son établissement, Au Parc Hôtel à Fribourg, n’a par exemple enregistré que 68 nuitées au mois de décem

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00