La Liberté

Le son d’une cloche rythme sa vie

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Denise et Gérard Monney se sont donné pour mission de faire vivre la cloche de la chapelle de Chénens. © Charly Rappo
Denise et Gérard Monney se sont donné pour mission de faire vivre la cloche de la chapelle de Chénens. © Charly Rappo
Partager cet article sur:
28.12.2019

Gérard Monney, 90 ans, sonne l’angélus depuis plus de cinquante ans à la chapelle de Chénens

Stéphanie Buchs

Rencontre » Trois fois par jour depuis plus de 50 ans, Gérard Monney sonne l’angélus à la chapelle de Chénens. Avec sa femme Denise, ils ne sont jamais partis en vacances. Gérard, qui vient de fêter son 90e anniversaire, se rappelle: «Avec les enfants, on allait parfois faire un tour à Bourguillon, et on avait l’impression que c’était comme des vacances… On ne manquait que la sonnerie de midi.»

Denise, 80 ans, ajoute avec un grand sourire: «Pour nous, c’est vraiment un plaisir de s’occuper de la chapelle. Ça n’a jamais été une obligation!» Le couple joue quasiment le rôle de sacristains investis d’une mission officielle de «concierges» de la chapelle.

Trois fois trois coups

Pour rappel, selon une pratique catholique ancestrale, l’angélus est sonné le matin (6 h), &agrav

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00