La Liberté

Ils veulent tirer leur épingle du jeu

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Quentin Muller (à gauche) et Julien Conseil (à droite) espèrent qu’Urto, qui se joue jusqu’à 5 joueurs, et dès 10 ans, touche le plus large public.
Quentin Muller (à gauche) et Julien Conseil (à droite) espèrent qu’Urto, qui se joue jusqu’à 5 joueurs, et dès 10 ans, touche le plus large public.
Partager cet article sur:
25.10.2021

La création de jeux de société explose à l’échelle mondiale. Des Fribourgeois tentent aussi leur chance

Charles Grandjean

Loisirs » Mis en lumière lors du semi-confinement, le regain d’intérêt pour les jeux de société s’accompagne d’une explosion de l’offre, dans un marché en mutation. Si les moyens de produire un jeu se démocratisent, il reste difficile pour les créateurs locaux de trouver leur place.

Il faut dire que dans le canton de Fribourg, la création d’un jeu est souvent une affaire confidentielle ou cantonnée à un cercle restreint avec quelques prototypes. «C’est difficile de se faire une place dans le monde du jeu, car la production est limitée. Vous achetez peut-être une dizaine de livres par an, mais seulement un ou deux jeux», compare Pierre Dumas, de Marly, qui vient de terminer un prototype de jeu de plateau imprimé en 3D. Son projet, un vieux rêve de plus de 20 ans, s’inspire du jeu vidéo Worms, où s&rs

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00