La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Guillermo Fernandez: après la grève de la faim, les blocus

Guillermo Fernandez luttait l’an passé sur la place Fédérale. Il a depuis rejoint Renovate Switzerland

«Bien des gens sont prisonniers de métiers dont ils ne perçoivent plus l’utilité. On peut les aider à se reconvertir», estime le militant Morlonais Guillermo Fernandez © Alain Wicht
«Bien des gens sont prisonniers de métiers dont ils ne perçoivent plus l’utilité. On peut les aider à se reconvertir», estime le militant Morlonais Guillermo Fernandez © Alain Wicht

Stéphane Sanchez

Publié le 14.11.2022

Temps de lecture estimé : 7 minutes

Partager cet article sur:

Militantisme » Le 9 décembre dernier, Guillermo Fernandez mettait un terme à 39 jours de grève de la faim au pied du Palais fédéral. L’activiste de Morlon avait alors obtenu qu’une journée de formation sur la crise climatique soit proposée aux parlementaires – seul un tiers y a pris part. Depuis, ce père de famille gruérien de 49 ans travaille comme consultant et comme chef de projet informatique à 50%. Il milite aussi «en électron libre» et figurait parmi les militants de Renovate Switzerland lors des blocages du pont Chauderon, à Lausanne, de l’A6 à Berne Wankdorf et de l’autoroute E23 à Crissier.

Vous n’avez pas surfé sur votre notoriété?

G. Fernandez: Ce côté «starification» va à l’encontre de ma nature. J’ai donné des conféren

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11