La Liberté

Eleveurs de cabris cherchent débouché

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Eleveurs de cabris cherchent débouché © Alain Wicht
Eleveurs de cabris cherchent débouché © Alain Wicht
Partager cet article sur:
06.04.2020

Consommée à Pâques, la viande de cabri se vend plus difficilement que d’habitude

Lise-Marie Piller

Covid-19 » A Grandvillard, l’éleveur caprin François Jaquet, de la société La Cabriolle SA, est catastrophé. Il a dû donner à des amis et brader auprès d’une boucherie alémanique les 80 cabris qu’il vendait habituellement à un boucher en contact avec plusieurs grands restaurants de la Riviera. Ces jeunes animaux sont souvent «un mal nécessaire», comme l’expliquent plusieurs éleveurs, afin que les chèvres continuent à produire du lait. Leur vente ne rapporte la plupart du temps pas grand-chose, tant les prix sont bas et cette viande méconnue en Suisse. Un des seuls moments de l’année avec une forte demande est à Pâques, où le cabri est un plat traditionnel.

Mais voilà, avec la pandémie de coronavirus, les établissements ont fermé et l’interdiction des rassemblemen

Articles les plus lus
suivez-nous sur insta

 

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00