La Liberté

Un antihéros discret face à la meute

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Archétype du héros malgré lui, Richard Jewell (Paul Walter Hauser, au centre) a payé le prix fort pour son acte de bravoure. © Warner
Archétype du héros malgré lui, Richard Jewell (Paul Walter Hauser, au centre) a payé le prix fort pour son acte de bravoure. © Warner
Partager cet article sur:
18.02.2020

Récit d’une erreur judiciaire, le dernier Clint Eastwood est un beau portrait porté par un comédien habité

Olivier Wyser

Le cas Richard Jewell » Les petits héros anonymes de l’Amérique, ceux que le système fabrique, porte aux nues puis recrache aussitôt, ceux qui jouent des tragédies contemporaines sur la scène du quotidien… Voilà qui a toujours intéressé Clint Eastwood lorsqu’il enfile son costume de réalisateur. Son nouveau film Le cas Richard Jewell – son 38e tout de même – en est une illustration parfaite. Tiré d’une histoire vraie, le long-métrage analyse comment un petit vigile est passé du statut de héros à celui de paria, lors des Jeux olympiques d’Atlanta en 1996.

.embed-container { position: relative; padding-bottom: 56.25%; height: 0; overflow: hidden; max-width: 100%; } .embed-container iframe, .embed-container object, .embed-container embed { position: absolute; top: 0; left: 0; width: 100%; height: 100%; }

Richard J

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00