La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Le sanglier, animal politique

Deux chercheurs renouvellent le débat autour d’un symbole de la nature

On retrouve aujourd'hui des sangliers dans des milieux très divers, y compris en ville, dans des zones de décharges ou avec une forte pollution. © KEYSTONE/EPA/RONALD WITTEK
On retrouve aujourd'hui des sangliers dans des milieux très divers, y compris en ville, dans des zones de décharges ou avec une forte pollution. © KEYSTONE/EPA/RONALD WITTEK

Gilles Labarthe

Publié le 28.11.2022

Temps de lecture estimé : 9 minutes

Partager cet article sur:

Nature » Dégâts agricoles, accidents sur les routes, propagation de virus… Avec leur surpopulation en Europe et leurs incursions répétées aux abords des villes, les sangliers semblent plus que jamais incarner le danger. Que faire? D’abord, se mettre à leur place et apprendre à mieux les connaître, plaident deux spécialistes dans un essai, Sangliers. Géographies d’un animal politique, qui vient de paraître. Raphaël Mathevet est écologue, géographe et chercheur au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), et Roméo Bondon est géographe de l’environnement. Leur constat: les sangliers sont aussi révélateurs des nombreux enjeux économiques actuels, liés à la gestion de l’espace.

Le sanglier a toujours été déroutant. Pourquoi?

Rapha&eu

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11