La Liberté

Fuji balance un rap porteur de réflexions

«Ce à quoi j’ambitionne lorsque je rappe, c’est de faire danser les gens tout en leur offrant des outils pour questionner le monde», dit Cyril Siffert. © Noé Chassot
«Ce à quoi j’ambitionne lorsque je rappe, c’est de faire danser les gens tout en leur offrant des outils pour questionner le monde», dit Cyril Siffert. © Noé Chassot
Partager cet article sur:
08.03.2021

Coup de cœur » Cyril Siffert, de son nom d’artiste Fuji, dévoile Fragments, son premier EP de rap.

Constamment entouré d’artistes et de musiques de tous styles confondus, Cyril prend très vite conscience de sa propre passion, le rap. «J’ai toujours adoré la musique. Ce qui m’a particulièrement plu dans le rap c’est le fait de pouvoir faire passer un message tout en étant dans le groove, dans le rythme. Je trouve que ça apporte un plus à la musique, une certaine profondeur», dit-il.

Bien que ce jeune homme de 23 ans se soit lancé dans la composition de morceaux de rap il y a plus de cinq ans, ce n’est que récemment qu’il s’est décidé à partager son talent. «De manière générale, je préfère rapper pour moi, pour ce que ça m’apporte personnellement. Il m’arrivait d’envoyer certains de mes sons pour avoir un feedback, mais ça s’arrêtait là.» C’est lors du premier semi-confinement que l’idée de créer un projet concret lui est venue. «Lancer mon propre EP, mon premier réel projet abouti, va me motiver à me dépasser. J’aurai des retours qui vont me pousser à améliorer ce que je fais et ce n’est que le début.» C’est accompagné d’un de ses amis beat maker, Slei, qu’il se lance dans cette aventure.

 

Pour la composition de ses textes, Fuji puise dans certaines thématiques de ses cours universitaires en sciences sociales. Selon l’artiste, la tonalité de son EP est plutôt sombre, parsemée de critiques à l’égard de la société. Cyril s’est amusé à jouer à l’avocat du diable: «Je tente de remettre en question tout ce qui m’entoure jusqu’aux choses qui me paraissent des plus raisonnables. Je pense qu’il est important d’interroger nos acquis.» Fragments est le titre de son EP sorti le 24 février.

«Tous les titres sont à leur manière des petites parties de nous, plusieurs états d’esprit, des ressentis. Ils parlent de choses très intimes que j’ai tenté de déguiser pour laisser une libre interprétation à la personne qui écoute et pour que tout un chacun puisse s’y reconnaître.» Cette intimité se retrouve également dans la composition de l’EP élaboré à la maison, avec les moyens disponibles et finalisé par le savoir expert de son père, ingénieur du son. Sabrina Damiani

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00