La Liberté

Des bijoux pour rendre les fleurs éternelles

Coup de cœur » Anna Reumann, 22 ans, crée des bijoux à base de fleurs séchées et les vend sur Instagram sous le nom de Bourdon et gypsophile

«C’est un sentiment tellement gratifiant de voir que les gens portent mes créations.» © Anna Reumann
«C’est un sentiment tellement gratifiant de voir que les gens portent mes créations.» © Anna Reumann

Estelle Rotzetter

Publié le 14.11.2022

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Partager cet article sur:

Coup de cœur » Etudiante à l’Université de Genève, Anna Reumann fabrique elle-même des bijoux depuis plus d’une année. Tout a commencé en 2020, lorsqu’elle reçoit des fleurs, trop belles à voir faner. «Je me suis demandé si en les mettant dans de la résine ça les préserverait. Je ne savais pas quel serait le résultat, mais ça a fonctionné», se souvient la jeune Fribourgeoise.

Quelques mois plus tard, poussée par les encouragements de ses amis, elle ouvre un compte Instagram. Une page où sont mis en vente boucles d’oreilles, pendentifs et bagues, sous le nom de Bourdon et gypsophile. Une appellation qui n’a pas été choisie au hasard: «Bourdon parce que j’aime beaucoup l’animal, et gypsophile car c’est une fleur très fine et neutre avec laquelle j’ai commencé à faire mes bijoux.»

«C’est un sentiment tellement gratifiant de voir que les gens portent mes créations»
Anna Reumann

Pour confectionner ses petites merveilles, elle doit suivre un processus bien précis. «La première étape, c’est d’avoir une idée en tête et d’acheter le matériel qu’il faut en conséquence», explique l’étudiante. Après cela, elle se rend dans la nature afin de choisir et cueillir les fleurs qu’elle aimerait mettre en avant. S’ensuit le séchage qui peut prendre plus ou moins de temps selon le type de fleur. Une fois que tous les matériaux sont prêts, place aux essais. «J’imagine différentes associations de pièces pour trouver ce qui serait le plus joli. A partir de là, je coule la résine dans les formes, avec les fleurs», indique la jeune fille. Quand le tout est sec, elle effectue un rapide contrôle qualité pour s’assurer que les finitions sont réussies.

L’un de ses buts, à travers la création de bijoux, est de préserver l’aspect éphémère des fleurs. Ce n’est néanmoins pas le seul intérêt d’Anna Reumann. «Il me tient à cœur de garder des prix accessibles pour ma clientèle qui, pour la plupart, a le même âge que moi. C’est un sentiment tellement gratifiant de voir que les gens portent mes créations», confie la jeune femme. Aujourd’hui ses produits se vendent évidemment par Instagram, ainsi qu’à La Baraque à Fripes où une petite collection de bijoux est régulièrement renouvelée.

Instagram: @bourdon_et_gypsophile

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
  • Elles ne veulent pas d'enfants

    EMILIA ASTORINA ETUDIANTE EN HISTOIRE DE L’ART, 25 ANS «Si je ne veux pas d’enfants, c’est avant tout parce qu’il me semble difficile de concilier...
  • De la médecine traditionnelle à la tendance beauté

    C’est tendance!TikTok est une mine d’or en matière d’astuces beauté. Dernière tendance en date: le gua sha, technique de massage facial tirée de la médecine...
  • Chapitre 1 – Le Petit Dieu

    Les histoires sont les portes de l’imaginaire, il ne suffit que de les ouvrir, le reste suivra… C’est avec cet état d’esprit que la Page Jeunes brise la...
  • Etudiants sans frontières

    Si suivre un semestre universitaire à l’étranger peut paraître habituel, 
la pratique n’en est pas moins exigeante. Deux étudiants témoignent.
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11