La Liberté

Batman ajoute des drones à son arsenal

Batman ajoute des drones à son arsenal © Urban Comics
Batman ajoute des drones à son arsenal © Urban Comics
Partager cet article sur:
29.05.2021

L’article en ligne – BD » Avec The Batman’s Grave, Urban Comics publie une histoire inédite et autonome de Batman, amenée par le duo derrière le comics The Authority. A réserver aux complétistes.

Louis Rossier

Un nouveau méchant est arrivé à Gotham City. Se présentant sous le pseudonyme Scorn, il s’est fixé pour objectif de démanteler le système judiciaire en s’en prenant à ses représentants : des policiers aux juges en passant par les procureurs. Pour ce faire, il peut compter sur des légions de sbires recrutés dans les rues sombres de la ville. Est-ce que Batman fait partie du système après lequel Scorn en a et va-t-il réussir à déjouer les plans de ce nouvel adversaire ?

Dans le monde des comics, le nom de Warren Ellis s’est imposé comme une référence moderne au tournant des années 2000 en signant d’excellentes séries comme Planetary, Transmetropolitan ou Hellblazer, toutes trois déjà publiées par Urban Comics, le représentant francophone de l’éditeur DC Comics. C’est avec Bryan Hitch, qui l’avait déjà accompagné au dessin sur The Authority, qu’il s’attaque ici au personnage de Batman, dans un récit qu’on ne sait trop où ranger. En effet Urban le glisse dans sa collection Black Label, entraînant une confusion puisque The Batman’s Grave, aux États-Unis, n’a pas été publié dans la collection du même nom ouverte par DC Comics en 2018  pour succéder à sa branche de comics pour adultes Vertigo. Pour autant, il n’est pas dit que The Batman’s Grave respecte la continuité en cours dans les titres réguliers consacrés à Batman.

Ceci dit, seuls les connaisseurs seront susceptibles de s’agacer de cet imbroglio, les profanes pouvant se rassurer en apprenant que ce récit ne fait pas appel à des connaissances préliminaires sur le Chevalier Noir, et se suffit à lui-même sans annoncer une ribambelle de tomes à suivre. C’est d’ailleurs presque un exploit de la part de Warren Ellis que de se mettre aux commandes d’un personnage à l’histoire éditoriale aussi touffue que Batman en ne faisant référence, même discrètement, à quasiment aucun récit passé. On repérera bien des clins d’œil à l’inévitable The Dark Knight Returns : le design des sbires de Scorn évoque ainsi les « Mutants » du titre de Frank Miller, la batmobile de rechange le tank dans lequel y grimpait Batman, et Warren Ellis va jusqu’à en citer des lignes de dialogue. Mais pour le reste, l’auteur de Planetary semble davantage inspiré par les autres médiums, qu’il s’agisse des films (la batmobile est celle des récents Batman v Superman et Justice League) ou des jeux vidéo, les séquences de détective sont ainsi mornement décalquées sur celles des jeux Arkham développés par Rocksteady.

Signe d’une méconnaissance du personnage ou un volonté didactique de la part de Warren Ellis ? Difficile à dire, mais même si on restreint sa bibliographique au registre super-héroïque, dans lequel il n’a pas signé ses plus belles histoires, ce Batman’s Grave paraît un peu léger. Le développement en miroir à Batman du méchant – il serait le fils d’un tueur à gages abattu par la police, cette tragédie mettant un point de départ à sa vocation criminelle – l’inscrit sans originalité dans une longue liste d’« anti-Batman », le personnage de Prometheus présentant par exemple le même background. S’agissant des thèmes développés, Warren Ellis choisit de traiter le sempiternel dilemme moral tuer-pas tuer, se prononçant heureusement en faveur du premier, mais sans parvenir à dire décoller du niveau dissertation de collégien sur cette thématique qui n’émoustillera que ceux qui découvrent le personnage.

Il faut aussi mentionner les nombreuses touches d’humour qui, non contentes de ne pas toujours faire mouche, amènent des problèmes de ton : Batman, contraint à rentrer chez lui à pied en plein jour après que son véhicule a été détruit, sous le regard hilare des passants, ne parvient plus à impressionner le lecteur. Et ce n’est pas la traduction assez faible, optant pour une familiarité excessive dans les répliques du justicier, qui va contribuer à corriger l’iconisation manquée du personnage.
Restent les incursions technologiques, drones et jargon internet en première ligne, qui inscrivent ce récit dans notre époque avec une certaine fraîcheur. Les dessins de Bryan Hitch, assez représentatifs de ce qui se fait de meilleur dans la bande-dessinée mainstream américaine, sont mis en avant avec ostentation lors des nombreuses et longues scènes de combat. Elles plairont à un certain public mais les habitués du trait plus rond de la franco-belge traditionnelle et des franges plus artsy du neuvième art trouveront ça trop insipide pour sauver ce qui ne saurait se présenter autrement qu’un récit totalement superflu de Batman, dont la raison d’être ne saute pas aux yeux.


The Batman’s Grave
Par Warren Ellis et Bryan Hitch
Sortie le 7 mai 2021
304 pages
Urban Comics – DC Black Label
www.urban-comics.com/batmans-grave/

 

 

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00