La Liberté

Un grand bol de féminisme

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Vanessa Cojocaru n’a pas choisi le nom Tea Room au hasard. La graphiste est d’ailleurs incollable sur l’histoire des tea-rooms, dont le premier a vu le jour à Glasgow à la fin du XIXe siècle. © Charly Rappo
Vanessa Cojocaru n’a pas choisi le nom Tea Room au hasard. La graphiste est d’ailleurs incollable sur l’histoire des tea-rooms, dont le premier a vu le jour à Glasgow à la fin du XIXe siècle. © Charly Rappo
Un grand bol de féminisme
Un grand bol de féminisme
Partager cet article sur:
07.06.2020

Engagée dans la grève des femmes, Vanessa Cojocaru organise des Tea Room de discussions

Stéphanie Schroeter

Fribourg » Graphisme et féminisme. Deux mots qui, outre une rime un peu facile, déterminent Vanessa Cojocaru. Une trentenaire, graphiste féministe ou l’inverse, ouverte sur le monde, la vie et sa ville de Fribourg dont elle a arpenté les rues il y a bientôt un an. Elle était là, Vanessa. Le 14  juin 2019. En tête de cortège de la grève des femmes, les pieds bien sur terre. Lucide et résolument moderne. Adepte amoureuse de Tea Room, qu’elle organise depuis le début de l’année. Avec elle, c’est clair, on (re)prend volontiers une tasse de thé…

Vanessa, vous avez monté le projet Tea Room il y a quelques mois. Quel est l’objectif?

Il s’agit d’un événement qui a lieu au Nouveau Monde et qui est prévu quatre fois par année lorsqu’il n’y a pas de co

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00