La Liberté

Le spectre de la secte des Assassins

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Prise de la forteresse nizarite d’Alamut par les Mongols, miniature de Basawan (vers 1596). © Wikimedia/DR
Prise de la forteresse nizarite d’Alamut par les Mongols, miniature de Basawan (vers 1596). © Wikimedia/DR
Hasan i-Sabbah, 1er leader des Assassins, surnommé le Vieux de la montagne. © DR
Hasan i-Sabbah, 1er leader des Assassins, surnommé le Vieux de la montagne. © DR
Partager cet article sur:
04.09.2020

A l’époque des croisades, un mouvement d’opposition chiite ismaélien a fait trembler le Moyen-Orient

Pascal Fleury

Islam » A l’époque des croisades, durant près de deux siècles, un mouvement politico-religieux d’obédience chiite ismaélienne, surnommé la secte des Assassins, a multiplié les assassinats au Moyen-Orient, s’en prenant à de nombreux hauts responsables politiques, dont un grand vizir, un calife et même le roi de Jérusalem. Ces dissidents, qui se faisaient appeler Nizarites en référence à l’héritier du califat du Caire, Nizar, évincé par son frère, «faisaient usage de la terreur à des fins psychologiques», observent les spécialistes en études stratégiques Gérard Chaliand et Arnaud Blin dans leur Histoire du terrorisme¹. Pour eux, alors que le terrorisme est souvent considéré comme un phénomène récent, «la secte des Assassins préfigure de man

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00