La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Mario Draghi pas certain d’être élu

Les grands électeurs choisiront lors d’une procédure compliquée qui va occuper le siège de Sergio Mattarella

La droite italienne ne veut surtout pas que Mario Draghi, président du Conseil des ministres, devienne trop puissant. © Keystone
La droite italienne ne veut surtout pas que Mario Draghi, président du Conseil des ministres, devienne trop puissant. © Keystone

ariel dumont, rome

Publié le 24.01.2022

Temps de lecture estimé : 4 minutes

Partager cet article sur:

Le Parlement italien se réunira ce lundi 24 janvier pour élire le successeur du président de la République, Sergio Mattarella, dont le septennat s’achève le 3 février. Plusieurs candidats sont sur la ligne de départ, à commencer par Mario Draghi, président du Conseil des ministres. Décodage.

1. Elire un chef de l’Etat

L’Italie est une république parlementaire et le chef de l’Etat n’est pas élu au suffrage universel. Selon la Constitution, 1009 grands électeurs choisissent le président de la République. Cette assemblée est constituée de 315 sénateurs et 6 autres sénateurs nommés à vie par le président de la République, 630 députés et 58 délégués régionaux à raison de trois représentants pour chacune des vingt régions

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00