La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Le sol, capteur de CO2

Le GIEC souligne l’importance des puits naturels de carbone. Encore faut-il qu’ils soient fonctionnels

La lutte contre le réchauffement climatique ne pourra faire l'impasse sur une gestion durable des sols. © Lib/Alain Wicht
La lutte contre le réchauffement climatique ne pourra faire l'impasse sur une gestion durable des sols. © Lib/Alain Wicht

Sevan Pearson

Publié le 08.04.2022

Temps de lecture estimé : 8 minutes

Partager cet article sur:

Climat » En début de semaine, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) publiait un nouveau rapport, listant des mesures immédiates pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Mais cet organisme pointe une autre nécessité: développer les puits naturels de carbone. Cela passe notamment par la reforestation et une gestion durable des sols. Ces derniers représentent en effet «le plus grand réservoir terrestre de carbone», indique Elena Havlicek, collaboratrice scientifique à l’Office fédéral de l’environnement et chargée d’enseignement à l’Université de Neuchâtel.

«Les plantes absorbent le carbone minéral (ou CO2) et, avec le soleil ainsi que certains éléme

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11