La Liberté

Le plan de relance est bloqué

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
De gauche à droite, le premier ministre polonais Mateusz Morawiecki, le premier ministre tchèque Andrej Babis et le premier ministre hongrois Viktor Orban suivent la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen avant une réunion. Keystone
De gauche à droite, le premier ministre polonais Mateusz Morawiecki, le premier ministre tchèque Andrej Babis et le premier ministre hongrois Viktor Orban suivent la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen avant une réunion. Keystone
Partager cet article sur:
01.10.2020

La Hongrie et la Pologne refusent que les aides soient conditionnées à l’Etat de droit

Nelly Didelot

Union européenne » Viktor Orbán a des semaines chargées. Tous les jours, c’est une nouvelle provocation lancée au visage de la Commission européenne. Jeudi 24 septembre, le premier ministre hongrois juge le nouveau pacte migratoire trop laxiste à son goût. Vendredi 25, il prévient que la Hongrie bloquera le plan de relance européen si le versement des fonds est conditionné au respect de l’Etat de droit. Lundi 28, son ministre de la Justice annonce la création d’un institut judiciaire destiné à évaluer le respect de l’Etat de droit dans l’Union européenne et à «combattre l’oppression idéologique libérale». Mardi 29, il réclame le départ de Vera Jourová, la commissaire européenne aux Valeurs et à la transparence, qui venait de qualifier la Hongrie de «démocrati

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00