La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Ces policiers qui ont vécu l’enfer

Il y a un an, des partisans de Donald Trump prenaient d’assaut le Capitole, symbole de la démocratie

Après l’assaut du Capitole, la police a déploré cinq morts et près de 150 blessés. © Keystone
Après l’assaut du Capitole, la police a déploré cinq morts et près de 150 blessés. © Keystone

Kessava Packiry, New York

Publié le 06.01.2022

Temps de lecture estimé : 8 minutes

Partager cet article sur:

Etats-Unis » Encore aujourd’hui, des policiers sont en congé-maladie. Ou postés dans des bureaux, avec des horaires réduits. Il y a également ceux qui ont démissionné, dégoûtés, qui vivent chichement de leurs économies, incapables de reprendre un travail. Ce sont les conséquences des traumatismes physiques et psychiques qu’ils ont subis, il y a an, lors de l’assaut du Capitole.

Le monde se souvient de ce 6 janvier 2021, où des milliers de partisans de Donald Trump se sont rués vers les lieux du pouvoir et de la démocratie des Etats-Unis. Enivrés par la rhétorique guerrière de «leur» président («Il est statistiquement impossible que nous ayons perdu l’élection de 2020. Grande manifestation à DC (Washington, ndlr) le 6 janvier. Soyez là, soyez sauvage!»), persuadés de so

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00