La Liberté

Honni soit qui mal y pense

Partager cet article sur:
23.12.2019

Je tiens à répondre au témoignage de M. Mühlemann concernant les événements sociaux au Chili («Ici, c’est un massacre», page Jeunes du 9 décembre). Regardons d’abord les chiffres officiels qui démontrent la réalité vécue durant ces tristes jours du mois d’octobre, sans pour autant nier les justifications et raisons sociales existant dans ce pays.

Pillages et incendies dans les supermarchés en 48 heures: 1200. Neuf stations de métro 100% brûlées et 68 détruites en 48 heures. Postes de police incendiés: 17 policiers blessés; 1876 et 2381 manifestants/vandales blessés, dont 217 aux yeux. Il y a eu 26 morts, dont 15 dans des incendies provoqués par eux-mêmes.

Pensez-vous, M. Mühlemann, que les stations de métro et les supermarchés ont été brûlés avec de simples allumettes et cela en moins de 48 heures? Pensez-vous qu’un policier attaqué avec des battes de baseball n’a pas le droit de se défendre et qu’il devrait présenter sa joue gauche selon les droits de l’homme unilatéralement interprétés par les vandales/manifestants violents et les politiciens de gauche?

Conséquences économiques pour des familles dont les fils et filles faisaient partie de ce vandalisme nourri par de fausses idéologies: 350 000 chômeurs dans les futurs mois et des milliers de petits commerces détruits durant les manifestations violentes qui seront condamnés à la faillite, sans parler des restaurants complètement vides ou pillés, la chute des ventes dans l’immobilier, l’automobile et les grands magasins.

Eh bien continuez de malmener la vérité et vous pourrez attendre longtemps pour que vos touristes viennent vous rendre visite!

Henri Gottesman,

Santiago du Chili

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00