La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Des firmes suisses sous pression

Des investisseurs activistes qui veulent acquérir assez d’actions pour intervenir dans la stratégie des groupes horlogers comme Richemont réussissent à faire régner leur loi. Leur succès aiguise les appétits

Aux portes de Fribourg, la manufacture de luxe Cartier appartient au groupe Richemont, qui a récemment fait l’objet d’une manœuvre d’un fonds activiste. © Alain Wicht-a
Aux portes de Fribourg, la manufacture de luxe Cartier appartient au groupe Richemont, qui a récemment fait l’objet d’une manœuvre d’un fonds activiste. © Alain Wicht-a

Yves Genier

Publié le 16.11.2021

Temps de lecture estimé : 8 minutes

Partager cet article sur:

Gouvernance » Début novembre, on a fait un peu grise mine au sein de la haute direction de Richemont, un géant mondial de l’horlogerie et de la joaillerie installé aux portes de Genève et de Fribourg. Le fonds d’investissement américain Third Point lui avait clairement fait comprendre qu’il devait vendre sa société de commerce électronique de prêt-à-porter Yoox, qui accumule les pertes. Et que s’est-il passé vendredi dernier? Richemont, en marge de la publication de ses résultats semestriels, annonçait être en négociation avancée en vue de cette cession.

Yoox faisait des pertes, et Richemont en était bien conscient. «Nous menons des discussions avec des partenaires de l’industrie depuis 2015», indiquait vendredi en vidéoconférence Johann Rupert, président et actionnaire de réf&eacut

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00