La Liberté

Credit Suisse déficitaire

La banque doit inscrire une provision pour litiges de 500 millions

L’exercice 2021 restera comme un annus horribilis pour la banque aux deux voiles. © Keystone
L’exercice 2021 restera comme un annus horribilis pour la banque aux deux voiles. © Keystone
Publié le 26.01.2022

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Partager cet article sur:

Banque » Les déconvenues se succèdent pour Credit Suisse, contrainte d’inscrire une provision pour litiges de 500 millions de francs au 4e trimestre. Embourbée dans les affaires Archegos et Greensill, secouée par le départ du controversé président António Horta-Osório, la grande banque va subir une perte avant impôts de quelque 1,6 milliard de francs.

En publiant un avertissement sur résultats, le numéro deux bancaire helvétique confirme que les trois derniers mois de l’année seront toujours marqués au fer rouge des scandales. Le demi-milliard de provisions sera dévolu à «un certain nombre de cas» et concerne «principalement» des litiges dans l’activité de banque d’affaires, affirme le géant zurichois, sans toutefois entrer dans les détails.

Au troisième trimestre, Credit Suisse avait déjà provisionné 500 millions de francs pour des litiges. Au premier semestre, la grande banque avait subi des pertes de plus de 5 milliards de francs suite à la débâcle du fonds spéculatif américain Archegos. Credit Suisse procède également à la liquidation des fonds Greensill, du nom de la société d’affacturage britannique en faillite. Jusqu’ici, les remboursements ont atteint près des deux tiers des 10 milliards de dollars placés par les investisseurs.

La banque d’affaires

Les provisions constituées au quatrième trimestre seront partiellement compensées par 225 millions de francs de ventes immobilières. Une perte avant impôts d’environ 1,6 milliard de francs est attendue, en prenant compte de la dépréciation – annoncée en novembre – de 1,6 milliard pour un écart d’acquisition (goodwill) lié principalement au rachat de Donaldson, Lufkin & Jenrette en 2000.

Dans les activités opérationnelles, la division de banque d’affaires sera déficitaire au dernier partiel 2021. Credit Suisse s’efforce de redimensionner cette unité, notamment en abandonnant l’unité dévolue aux fonds spéculatifs, Prime Services, à l’origine de l’affaire Archegos. Le conseil d’administration et la direction souhaitent ainsi réduire l’exposition au risque de l’établissement.

Activité stratégique du groupe, la gestion de fortune a pâti d’un ralentissement dans les deux divisions – bientôt fusionnées – Wealth Management et Asia Pacific, cette dernière ayant souffert de conditions de marché difficiles.

Une des rares nouvelles positives annoncées hier par Credit Suisse est à chercher du côté de la capitalisation. L’objectif de ratio de fonds propres durs (CET1) de 14% a été dépassé pour 2021. Le ratio de levier devrait quant à lui être supérieur à 6%. Les états financiers complets du 4e trimestre et de l’exercice 2021 seront dévoilés le 10 février.

Les analystes semblaient accueillir cette énième série de mauvaises nouvelles sans surprise aucune. Pour la Banque cantonale de Zurich, la liquidation de l’héritage toxique de la banque d’affaires de Credit Suisse risque de s’éterniser.

Les investisseurs se montraient davantage contrariés face à ces annonces peu engageantes. A la clôture, l’action Credit Suisse perdait 0,94% à 8,19 francs. Le titre a cédé presque 9% depuis janvier et plus de 22% l’année dernière. L’exercice 2021 restera comme un annus horribilis pour la banque aux deux voiles, qui a vu de multiples affaires éclater, entachant clairement sa réputation. ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00