La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Portrait: les mots cachés de Yasmine Hugonnet

Année riche pour la chorégraphe vaudoise Yasmine Hugonnet qui reçoit un Prix suisse de danse 2022 et crée à Vidy Les porte-voix

Il y a du dynamisme chez Yasmine Hugonnet, qui avoue avoir beaucoup voyagé et avoir tiré de ses pérégrinations un bel enseignement. © Anne-Laure Lechat
Il y a du dynamisme chez Yasmine Hugonnet, qui avoue avoir beaucoup voyagé et avoir tiré de ses pérégrinations un bel enseignement. © Anne-Laure Lechat

Ghania Adamo

Publié le 04.11.2022

Temps de lecture estimé : 6 minutes

Partager cet article sur:

Portrait » On s’était demandé ce que pouvait bien signifier La peau de l’espace, pièce chorégraphique que Yasmine Hugonnet créait et interprétait en 2021. Avant d’aller voir ce spectacle au titre cosmique, on imaginait donc une réflexion sur l’au-delà, dans le meilleur des cas; et dans le pire, un propos boursouflé sur la détérioration de la couche d’ozone et sur le changement climatique. Surprise: rien de tout cela dans ce solo, aussi atypique qu’envoûtant, pour lequel la danseuse et chorégraphe vaudoise recevait le 21 octobre dernier un Prix suisse de danse 2022. «La peau» du titre est la sienne, la nôtre, celle qui frôle l’air, ou si l’on préfère l’espace vide, lorsque nous nous déplaçons ou gesticulons. Vous y pensez, vous, à chacun de vos mouvements? Moi, pas. Pour rendre

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11