La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

C’est un cri du corps et du cœur

La scénographie de Mångata est une Venise rêvée. © François Vermot
La scénographie de Mångata est une Venise rêvée. © François Vermot
Publié le 14.01.2022

Temps de lecture estimé : 4 minutes

Partager cet article sur:

Critique Nuithonie

Comme si on entrait par effraction. Comme si on volait des confidences. Mångata se déroule dans l’intimité d’une conscience, dans la folie des pensées, là où il n’y a plus de masques ni de faux-semblants. Trois femmes sont sur la scène de Nuithonie plongée dans la pénombre. Le décor, avec sa plateforme posée sur un tapis de sol brillant, stylise les canaux vénitiens et donne l’impression du reflet de la lune sur l’eau.

Trois femmes, mais une seule voix. Ou plutôt les différentes voix, comme les strates, d’une même conscience. Quand Raïssa Mariotti porte le texte, elle ne cesse de passer de la troisième à la première personne, du «elle» au «je», du récit au personnage principal, du collectif au personnel. Ce procédé narratif, imaginé par Jo

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00