La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

A bord d’un train fou, dans un tunnel dont on ne voit pas la fin

Deux femmes et deux hommes incarnent le «vertige de l’incertitude». © Guillaume Perret
Deux femmes et deux hommes incarnent le «vertige de l’incertitude». © Guillaume Perret
Publié le 07.12.2022

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Partager cet article sur:

Théâtre des Osses » Anne Bisang présente dès demain à Givisiez Nous roulons sur des rails, donc ce tunnel doit conduire quelque part…

La métaphore du tunnel: elle s’imposait en 2021, en période de pandémie, au moment où l’on n’en voyait pas la fin. Un an après, une crise en a remplacé une autre, et la métaphore reste d’actualité. C’est celle qu’a illustrée l’auteure Odile Cornuz dans la pièce Percées. Tout comme Friedrich Dürrenmatt, il y a cinquante ans, au moment de publier la nouvelle philosophique Le Tunnel. Les deux regards forment le spectacle Nous roulons sur des rails, donc ce tunnel doit conduire quelque part… monté par Anne Bisang au Théâtre populaire romand à La Chaux-de-Fonds, en coproduction avec la Compagnie du Passage de Neuchâtel. Cette proposition est accueillie dès demain au Théâtre des Osses, à Givisiez.

A l’origine, la metteuse en scène a souhaité célébrer le centième anniversaire de Dürrenmatt, «figure tutélaire de la littérature suisse», qui a eu

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11