La Liberté

Aux sources du son californien

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Jakob Dylan (à g.) et l’incontournable Tom Petty dans L’écho de Laurel Canyon. © Greenwich Entertainment
Jakob Dylan (à g.) et l’incontournable Tom Petty dans L’écho de Laurel Canyon. © Greenwich Entertainment
Partager cet article sur:
13.06.2020

Dans le passionnant documentaire L’écho de Laurel Canyon, Jakob Dylan évoque la scène musicale de Los Angeles des années 1960

Jean-Philippe Bernard

Amérique » En ces temps incertains, personne ne saurait résister à la tentation d’un petit séjour sous le soleil brûlant d’un jardin californien où abondent arbres et fleurs aux essences rares. Un jardin traversé par un ruban d’asphalte qui serpente dans les collines de Los Angeles, à quelques coups d’ailes d’Hollywood. Laurel Canyon est son nom. C’est là qu’au milieu des années 1960, une communauté de musiciens tous plus dingues et talentueux les uns que les autres ont inventé un son inédit, folk, rock, pop, solaire, bande-son idéale pour un été sans fin. Ce chapitre essentiel de l’histoire de la musique américaine, Jakob Dylan, fils cadet de qui vous savez, a décidé de se le faire raconter par celles et ceux qui l’ont vécu dans L’écho de Laurel Canyon, documentaire réalisé par son manager Andrew Slater.

L’idée de ce trip dans l’un des espaces les plus prisés du «paradis rock’n’rollien» est née en 2015. Soucieux de célébrer dignement le 50e anniversaire du premier hit des B

suivez-nous sur insta

 

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00