La Liberté

Noëmi Lerch, silence d’altitude

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Originaire d’un petit village argovien, Noëmi Lerch s’est installée dans le Val Blenio, au Tessin. © DR
Originaire d’un petit village argovien, Noëmi Lerch s’est installée dans le Val Blenio, au Tessin. © DR
Partager cet article sur:
27.06.2020

L’écrivaine et bergère a reçu un Prix suisse de littérature cette année et son premier roman, La Payîsanna, vient d’être traduit en français

Anne Pitteloud

Portrait » Trouver un moment pour se parler avant le jour de la montée à l’alpage n’a pas été chose aisée. C’est que ses horaires de paysanne sont contraignants et qu’elle n’est pas toujours connectée. Noëmi Lerch, Prix suisse de littérature 2020 pour son troisième roman, Wilkommen im Tal der Tränen (Bienvenue dans la vallée des larmes), vit dans une ferme à Aquila, dans le Val Blenio au Tessin. C’est là qu’elle travaille, avec son mari et la famille de celui-ci.

S’ils sont trois, d’habitude, à passer l’été dans les pâturages, cette année sa mère et deux aides viendront en renfort: pour la première fois, Noëmi Lerch y montera avec son fils de quelques mois. «Une aventure», glisse-t-elle dans un sourire. En février dernier, pour la remise des Prix suisses de littérature à Berne, elle était venue avec son bébé, en toute simplicité.

Les étés à l’alpage

Née en 1987, la jeune femme a grandi dans un petit village près de Baden, en Argovie, entourée de chèvres et de vaches ave

suivez-nous sur insta

 

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00