La Liberté

La mémoire du radium sur les murs

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Pour sa fresque, l’artiste londonien SHOK-1 a longuement cherché la bonne couleur. © Exomusée/François Balmer
Pour sa fresque, l’artiste londonien SHOK-1 a longuement cherché la bonne couleur. © Exomusée/François Balmer
Partager cet article sur:
20.08.2021

L’Exomusée du Locle témoigne des dommages du radium dans le monde horloger

Alain Meyer

Street art » Les cadrans des réveils scintillaient au radium à la nuit tombée et magnétisaient l’espace au Locle, à Neuchâtel, à La Chaux-de-Fonds. Des ouvrières se peinturluraient même leurs ongles avec. Dans des ateliers d’horlogerie ou à domicile, ces petites mains ne perdaient rien de cette poussière d’ange phosphorescente. Mais combien d’entre elles ont souffert ou même succombé aux effets du radium? Nul ne le sait faute d’actions collectives en réparation (class actions). Comme cela fut le cas en Amérique du Nord où le radium jaw – littéralement la mâchoire du radium – a été identifié comme une maladie professionnelle dès 1938 dans l’Illinois.

Le combat des «Radium Girls» a pris une place importante dans l’histoire du mouvement pour les droits des salariés et dans le domaine de la santé outre-Atlantique. Mais ce lien entre radium et santé n’a pas été établi aussi strictement en Suisse, où depuis 2015 l’Office fédéral de la santé publique mène certes un plan d’action po

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00