La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Exposition: Vers l’infini et au-delà à l'EPFL

Avec Cosmos Archeology, on prend un bain de planètes et on observe le ballet infernal des débris spatiaux

The Silent Pulsar of the Universe​​ de Ben Proudfoot (2020), ou comment l’astrophysicienne britannique Jocelyn Bell a été écartée du prix Nobel, raflé par son directeur de thèse… © Extraits du film, avec l’aimable autorisation de Breakwater Studios
The Silent Pulsar of the Universe​​ de Ben Proudfoot (2020), ou comment l’astrophysicienne britannique Jocelyn Bell a été écartée du prix Nobel, raflé par son directeur de thèse… © Extraits du film, avec l’aimable autorisation de Breakwater Studios

Isabelle Carceles

Publié le 20.10.2022

Temps de lecture estimé : 4 minutes

Partager cet article sur:

EPFL » Agir comme «amplificateur pour l’art, la science et la société», c’est le projet que portent les EPFL Pavilions. Autrement dit, c’est à la croisée de multiples chemins que se tiennent les expositions qui y sont montées par le Laboratoire de muséologie expérimentale (eM+), dirigé par la professeure Sarah Kenderdine. Les technologies numériques de pointe s’y taillent la part du lion, bien sûr.

L’exposition en cours porte un titre intrigant, Cosmos Archeology, bon résumé de l’ambiance générale. Car le cosmos, c’est à la fois un monde vertigineux, synonyme d’avancées technologiques foudroyantes, d’enjeux futuristes gigantesques; et un passé dont on capte les lumières, comme autant de civilisations lointaines, éteintes – mais qui continuent de briller.

Vals

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11