La Liberté

«Mon film peut faire bouger les choses»

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Guillaume Canet incarne avec une grande force Pierre, un agriculteur pris à la gorge par un système qui le mène à sa perte © Filmcoopi
Guillaume Canet incarne avec une grande force Pierre, un agriculteur pris à la gorge par un système qui le mène à sa perte © Filmcoopi
Partager cet article sur:
05.11.2019

Edouard Bergeon filme avec respect le monde agricole et tire la sonnette d’alarme: notre terre se meurt

Olivier Wyser

Au nom de la terre » Chaque jour en France, un agriculteur met fin à ses jours. Une terrible statistique qui est au cœur d’Au nom de la terre, un film puissant et militant. Guillaume Canet incarne Pierre, un paysan poitevin qui va sombrer dans la dépression malgré l’amour des siens. Une spirale infernale pavée de dettes qui va le pousser au suicide. Cette histoire tragique, c’est celle du père du réalisateur Edouard Bergeon, qui couche sur la pellicule une saga intime et qui porte un regard humain sur l’évolution du monde agricole lors des 40 dernières années. Rencontre.

Au nom de la terre raconte la vie de votre père, un agriculteur acculé par les dettes au point de mettre fin à ses jours. Qu’est-ce qui vous a convaincu de porter à l’écran cette histoire personne

Même sujet
Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00