La Liberté

Kenneth Branagh s’y est frotté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Le jeune Kurt Wallander (Adam Pålsson) alors qu’il s’apprête à intégrer la brigade criminelle de la police de Malmö. Netflix
Le jeune Kurt Wallander (Adam Pålsson) alors qu’il s’apprête à intégrer la brigade criminelle de la police de Malmö. Netflix
Partager cet article sur:
26.09.2020

Le héros de l’écrivain Henning Mankell se voit consacrer une série sur ses premiers pas d’enquêteur

Wallander, le début de la route

Aurélie Lebreau

Polar » Il fait partie de ces héros dont on pourrait finir par croire qu’ils ont réellement existé. Tant son aura semble palpable. Tant il nous est devenu intime au fil des romans consciencieusement dévorés. Tant, aussi, il s’est peu à peu fondu dans l’image de son créateur. Car à n’en pas douter, il y avait beaucoup de Kurt Wallander chez Henning Mankell. L’écrivain suédois, décédé en octobre 2015 (déjà), avait fait de l’inspecteur Wallander une sorte de double ombrageux, observateur attentif (et parfois désespéré) d’une société en pleine mutation, happé par un travail qui le rongeait mais dont il ne pouvait se détacher.

Autant de traits suffisamment saillants – de surcroît plantés dans une Scanie brouillardeuse où seuls les corps de fermes rompen

Même sujet
Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00