La Liberté

Odette Schafer, Saint-Aubin

Odette Schafer, Saint-Aubin © Charly Rappo
Odette Schafer, Saint-Aubin © Charly Rappo
Publié le 11.01.2022

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Partager cet article sur:

La lectrice en Liberté

Battante » «Mais je n’ai rien à dire moi!» n’a eu de cesse de protester Odette, cette infatigable globe-trotteuse qui suivait il y a plus de 60 ans son mari Robert dans une mission à Taïwan, où elle vit naître deux de ses trois fils. Et ce n’est que la partie immergée de ces huit décennies d’audace qui font de cette éternelle battante, désormais veuve, un pilier pour ses six petits-enfants. Rien à dire, Odette? Jugez plutôt.

Odette, dans quel monde avez-vous grandi?

Enfant, on passait beaucoup de temps au village ou dans la nature. Il faut dire qu’il n’y avait pas la même mobilité, alors on se réjouissait quand on avait la visite des oncles ou des tantes par exemple. Les liens familiaux étaient plus évidents, j’ai l’impression, et il me semble que les gens étaient moins pressés.

Et la petite Odette d’autrefois, quel était son rêve?

J’aurais voulu apprendre, étudier, mais à l’époque la seule perspective pour les filles était de devenir institutrice, et encore! Quand je vois tout ce que les jeunes savent aujourd’hui, j’ai l’impression de ne rien savoir.

Et pourtant vous avez vu du pays, comme on dit. A ce propos, le plus bel endroit que vous ayez visité?

Le Japon, quand on est retourné en Chine avec Robert pour les 25 ans de l’école. On a ensuite visité la Corée du Sud et l’Inde, mais j’ai été impressionnée par le savoir-vivre des Japonais. Je me souviens que je disais à Robert de cacher sa carte parce que tout le monde venait nous demander si on avait besoin d’aide!

Parlez-nous du jour où vous êtes devenue adulte…

Je crois que c’est à la mort de ma fille, Catherine, à l’âge de treize mois. Il m’a fallu des années pour le comprendre, mais je pense que j’ai fait une dépression sans m’en apercevoir. Aujourd’hui il y a un psychologue derrière chaque gosse, mais à l’époque, on se sortait de ça tout seul.

Odette, qu’est-ce qui vous rend heureuse?

Etre en vie! (rires) Et en santé. Et j’ai la chance d’être bien entourée par mes amis et mes petits-enfants, qui ont été très présents quand Robert est parti…

Vous pouvez remonter le temps. Où allez-vous?

A Paris évidemment. J’aurais aimé l’époque d’avant Louis XVI. J’adore Paris, j’aime les histoires des quartiers, les vieux théâtres, les spectacles… D’ailleurs, j’ai vu Le Roi lion quatre fois, je l’ai vu avec tous mes petits-enfants et chaque fois avec la même émotion!

Votre mot de la fin?

Optimisme! Sans ça on est fichu… (rires) Ae

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
  • pictogramme abonné La Liberté Une très bonne raison de pleurer

    Le mot de la fin J’avais à l’époque une collègue qui ne m’appréciait guère. Elle aurait souhaité que ceux qui travaillaient avec elle partagent une même...
  • pictogramme abonné La Liberté Attention, les bébés sont des dangers

    Le mot de la fin Des chercheurs de l’Université suédoise de Lund estiment qu’un bébé en moins par famille correspondrait annuellement à une réduction...
  • pictogramme abonné La Liberté Allez hop, en avant et arrière toute!

    Le mot de la fin C’est derrière, à jamais derrière nous. Mais, un jour, poum! La chose nous saute à la figure. Qu’est-ce qu’elle faisait là? Supposée être loin...
  • pictogramme abonné La Liberté Les soirs où nous n’avons pas osé

    Le mot de la fin Ils ont quatorze ou quinze ans, partagent une petite table dans le fond et se regardent brièvement comme si rien d’autre ne comptait, à...
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00