La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Le café noir d’avant George Clooney

Pour les hommes qui faisaient leur service, autrefois, une foirinette ne se refusait pas. © DR
Pour les hommes qui faisaient leur service, autrefois, une foirinette ne se refusait pas. © DR

Jean-François Haas

Publié le 13.08.2022

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Partager cet article sur:

Le mot de la fin

Le jour où Charles-Henri est rentré de l’école de recrues, il avait déjà pas mal pintolé dans le train avec ses copains de service. Arrivé à la maison, il s’était couché un moment. La chatte s’était glissée près de lui dans le lit pour fêter ça. Elle était bien ronde, la chatte, et ne tarderait pas à faire ses petits; on les voyait bouger sous la fourrure.

Après souper, Charles-Henri décida d’aller faire un tour à la Pinte communale, histoire de renouer avec la jeunesse du village. A l’entrée, il fut salué d’abord par le vieux Félix, un habitué qui avait fait la mob: «Te voilà donc devenu un homme, main’nant! Raconte-voir un peu…» Mais Charles-Henri préféra ne pas appondre, parce que, s’il s’embriait avec Félix, il en avait pour la soirée à l’écouter et il savait déjà que Madame Henri Guisan, respect, lui avait tricoté des chaussettes.

Il retrouva à une autre table Roger, Raymond et Alexandre; ils étaient copains depuis l’époque où ils mettaient des cuca

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
  • pictogramme abonné La Liberté Celle qui les fait causer à pleins gaz

    Le mot de la fin Deux parfaits inconnus s’adressent la parole à cause d’elle. Moteur! Et départ pour une conversation de plus d’une heure à propos d’elle....
  • pictogramme abonné La Liberté Des coups de canif dans ma chair

    Le mot de la fin Je suis tendu quand montent les cris, quand elles se disputent, quand elles ne se comprennent plus, quand elles croisent haut les bras sur...
  • pictogramme abonné La Liberté Finalement, le cognassier a survécu

    Le mot de la fin J’ai récolté les coings; ils sont en avance, cette année. Leur parfum un peu acide va flotter quelques jours encore dans la maison, en se...
  • pictogramme abonné La Liberté Les «Pages Blanches» se tournent

    Le mot de la fin Ainsi, les jours du bottin sont comptés. Je dois reconnaître que j’ai eu un petit pincement au cœur même si je ne vous cache pas que ça...
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11