La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Du temps des falots et des taupiers

La taupe: pour en débarrasser champs et jardins, jadis, on faisait appel aux taupiers. © Ahmad Kanbar/Unsplash
La taupe: pour en débarrasser champs et jardins, jadis, on faisait appel aux taupiers. © Ahmad Kanbar/Unsplash

Jean-François Haas

Publié le 24.01.2022

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Partager cet article sur:

Le mot de la fin

Cette histoire, que je tiens d’un ami à peine plus âgé que moi, se passe au temps où l’on vendait les vélos équipés d’un falot clair à l’avant et rouge à l’arrière, reliés à une dynamo que l’on rabattait contre la roue quand venait le soir. On entendait parfois un gamin facétieux crier: «Hé, t’as le falot qui se dégonfle!» Que celui qui n’a jamais baissé le nez vers son falot pour contrôler me jette le premier quolibet.

C’était le temps aussi où l’on recourait encore aux taupiers pour débarrasser champs et jardins des taupes, les vraies, que l’on appelait derbons, insectivores utiles au jardin qu’elles débarrassaient des vers blancs, et tout ce qui rongeait: campagnols, souris, mulots.

Voilà donc un de ces taupiers qui s’avance sur le chemin à la tombée de la nuit. Les taupiers étaient souvent un peu marginaux ou moins enclins que la moyenne des honnêtes gens à respecter les lois. Celui-ci roulait sans ses lumières, qu’il aurait dû réparer ou remplacer.<

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00