La Liberté

Vastes zones contaminées par l'exploitation aurifère en Colombie

Des substances toxiques comme le mercure sont utilisées pour l'exploitation de l'or (archives). © KEYSTONE/AP/Christian Escobar Mora
Des substances toxiques comme le mercure sont utilisées pour l'exploitation de l'or (archives). © KEYSTONE/AP/Christian Escobar Mora


Publié le 03.06.2022
Partager cet article sur:


La zone contaminée par l'exploitation aurifère en Colombie a atteint l'an dernier 640 km2, soit six fois la superficie de Paris, a révélé jeudi l'ONU dans un rapport. Des substances toxiques, comme le mercure, sont utilisées pour l'exploitation de l'or dans l'eau.

L'ONU a trouvé des "preuves d'exploitation d'or alluvial" sur près de 100'000 hectares (1000 km2), dont 65% (640 km2) seraient des zones exploitées illégalement par l'utilisation de machines pour extraire le minéral des rivières et autres cours d'eau.

Ces opérations "financent les groupes armés illégaux et génèrent de graves dommages à l'environnement", a dénoncé Brian Harris, directeur des affaires anti-narcotiques à l'ambassade des Etats-Unis en Colombie, lors de la présentation du document.

Selon le document, l'exploitation d'or alluvial et "la culture de la coca convergent dans 38% des territoires identifiés". La Colombie est le principal exportateur de cocaïne au monde et les Etats-Unis le principal consommateur de cette drogue stimulante.

Clan del Golfo et ELN

L'exploitation d'or alluvial se concentre dans le nord-ouest, une zone d'influence du clan del Golfo, le plus grand gang lié à la drogue en Colombie, et sur la côte Pacifique, où opère l'ELN, la dernière guérilla reconnue du pays. Les deux organisations se disputent les rentes de cette économie et d'autres économies illégales.

La zone contaminée est restée "stable" par rapport à l'année 2020, a déclaré Pierre Lapaque, représentant en Colombie de l'office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), même si "la situation reste complexe".

Comme l'année précédente, en 2021, la moitié des terres concernées appartiennent à des zones "d'intérêt environnemental telles que les parcs naturels et les réserves naturelles", a précisé M. Lapaque. "C'est alarmant pour la conservation", a-t-il ajouté.

Le rapport ne précise pas la quantité d'or extraite illégalement ni sa valeur commerciale. En 2020, la Colombie a extrait 48,6 tonnes d'or, soit 1,5% de la production mondiale.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11