La Liberté

16.10.2019

Un média veut oeuvrer entièrement sur la Genève internationale

The Geneva Observer va porter ses activités seulement sur la Genève internationale (archives). © KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI
The Geneva Observer va porter ses activités seulement sur la Genève internationale (archives). © KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI


16.10.2019

Un nouvel acteur médiatique veut faire le pari d'oeuvrer entièrement sur la Genève internationale. En phase pilote, la plateforme en ligne The Geneva Observer va proposer du contenu sur cet écosystème et sur le rôle du multilatéralisme face aux défis actuels.

"Nous sommes vraiment encore dans cette période préopérationnelle" qui va s'étaler dès la semaine prochaine pour deux mois, a précisé mercredi à Keystone-ATS son fondateur Philippe Mottaz. L'objectif est d'élargir la communauté de The Geneva Observer, dotée de 400 personnes, pour pérenniser le projet et faciliter la poursuite de sa recherche de fonds en montrant cette production.

La volonté, "ambitieuse mais réaliste" selon M. Mottaz, est d'atteindre 2000 à 2500 nouveaux lecteurs par an sur trois ans. "La Genève internationale est l'une des seules 'villes internationales' sans un média thématique indépendant entièrement prévu pour sa couverture", explique-t-il encore.

Société civile et acteurs privés

Face à la montée de dirigeants populistes et nationalistes, il dit vouloir donner davantage de visibilité au multilatéralisme. Et au rôle grandissant de la société civile et du privé dans la Genève internationale, "l'un des écosystèmes les plus innovants au monde". Celui-ci est notamment observé dans les partenariats publics-privés autour des Objectifs du développement durable (ODD).

Comme d'autres médias, The Geneva Observer va encore tenter d'analyser la montée de la Chine et de la Russie, après le désengagement américain des institutions internationales, mais aussi des questions comme la réforme de l'ONU. La plateforme veut garantir une couverture thématique en continu, à la fois en anglais et en français, accompagné de sons, de vidéos ou encore du journalisme qui s'appuie sur la compilation de données.

"Nous ne voulons pas nous imposer de rythme" comme les médias traditionnels, ajoute M. Mottaz. Le directeur éditorial veut surtout une approche participative où les lecteurs contribueront à l'identité du média.

Plusieurs initiatives

Deux fondations ont soutenu les travaux du Geneva Observer pour établir une communauté depuis 18 mois. A terme, l'indépendance financière doit d'ailleurs être garantie par les souscriptions de membres de l'association. Après cette phase pilote des deux mois, le contenu sera payant.

Des partenariats ont été établis, notamment avec le quotidien Le Temps qui republiera certaines contributions de la plateforme. Un accord est aussi en discussion avec The New Humanitarian qui pourrait apporter à celle-ci son expertise sur la couverture des questions humanitaires. The Geneva Observer souhaite organiser des rencontres régulières avec ses lecteurs autour de discussions informelles ou de sommets avec des intervenants.

L'augmentation du nombre d'acteurs dans la Genève internationale et l'importance grandissante de cette ville pour l'application des ODD s'accompagnent de plusieurs initiatives des médias. La RTS a annoncé un prochain dispositif public-privé sur celle-ci, sans donner davantage de détails pour le moment.

Les autorités suisses et locales ont aussi lancé cet été un appel d'offres pour revoir le fonctionnement du Club suisse de la presse. Elles souhaitent contribuer au financement d'une plateforme média qui organisera aussi des conférences à Genève.

ats

Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00