La Liberté

16.08.2020

Revue de presse du dimanche 16 août 2020

Malgré le coronavirus, la Suisse a enregistré moins de morts pendant les sept premiers mois de l'année, que durant la même période des années précédentes, révèlent «Le Matin Dimanche» et la «SonntagsZeitung». © KEYSTONE/LAURENT GILLIERON
Malgré le coronavirus, la Suisse a enregistré moins de morts pendant les sept premiers mois de l'année, que durant la même période des années précédentes, révèlent «Le Matin Dimanche» et la «SonntagsZeitung». © KEYSTONE/LAURENT GILLIERON
Partager cet article sur:
16.08.2020

Le coronavirus fait encore les gros titres de la presse dominicale. 

Le Matin Dimanche/SonntagsZeitung: Malgré le coronavirus, la Suisse a enregistré moins de morts pendant les sept premiers mois de l'année, que durant la même période des années précédentes, révèlent Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung. Entre janvier et fin juillet 2020, le pays a comptabilisé 39'211 décès, toutes causes confondues. Ce bilan est similaire en moyenne aux cinq années précédentes, mais inférieur de 538 par rapport à 2019 et de 1685 par rapport à 2015, année où la grippe et la canicule avaient été particulièrement mortelles. Il y a cependant des disparités régionales. Genève, Vaud et le Tessin ont connu des surmortalités. Les mesures prises pour éviter la propagation du virus, comme le confinement, ont eu pour effets que moins de personnes sont mortes d'autres maladies ou d'accidents, indiquent des experts dans les journaux. En outre, "de nombreuses autres maladies infectieuses ont diminué grâce aux mesures d'hygiène et de distanciation sociale qui ont été prises", explique Christoph Junker, épidémiologiste à l’Office fédéral de la statistique.

NZZ am Sonntag/SonntagsBlick: La recherche en Suisse des chaînes d'infections au SARS-CoV-2 repose sur des hypothèses erronées, selon la NZZ am Sonntag. Des chercheurs de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) ont découvert une erreur de calcul dans une étude de Hong Kong, sur laquelle se base le traçage des contacts. Les personnes contaminées par le virus ne sont pas seulement déjà contagieuses deux jours avant l'apparition des premiers symptômes, mais jusqu'à cinq jours. L'étude a été corrigée. "On doit adapter en conséquence le délai de la recherche classique et numérique des contacts", a indiqué au journal l'épidémiologiste Marcel Salathé, membre de la task force Covid-19 de la Confédération suisse. L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a l'intention d'aborder prochainement le sujet lors d'une rencontre avec des scientifiques, a déclaré à la NZZ am Sonntag une porte-parole de l'office.

Le SonntagsBlick pointe un autre aspect problématique de la recherche des contacts. Selon lui, de nombreux cantons travaillent avec des systèmes informatiques bricolés. L'échange entre cantons rencontre en outre des erreurs. Si une personne infectée vit dans un canton, mais travaille dans un autre, ce cas peut conduire à une situation où aucun canton n'est responsable de la localisation des contacts.

SonntagsZeitung: La présidente de la Confédération suisse Simonetta Sommaruga a planifié la semaine prochaine une réunion de crise sur le Covid-19, affirme la SonntagsZeitung. Le ministre de la santé Alain Berset et le ministre de l'économie Guy Parmelin doivent y participer, ainsi que les chefs des gouvernements cantonaux et les présidents des conférences des directeurs cantonaux de la santé et de l'économie. La rencontre vise notamment à harmoniser la levée de l'interdiction des grands rassemblements, prévue le 1er octobre par le Conseil fédéral, afin d'éviter les mécontentements et les disparités cantonales. Des représentants cantonaux ont salué l'initiative dans le journal. "La coordination entre la Confédération et les cantons, mais aussi entre les cantons, est extrêmement importante", déclare Lukas Engelberger, le président de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé (CDS).

NZZ am Sonntag: Beaucoup de médecins ne respectent pas leur obligation de signaler les cas de Covid-19 à l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), assure la NZZ am Sonntag. Dans un cas sur deux, les médecins n'avaient pas rempli et envoyé le formulaire d'annonce entre la mi-juillet et la mi-août, selon le journal. Résultat, des données importantes sur les facteurs de risque et les lieux d'infections manquent pour la moitié des personnes infectées. "Nous n'avons pas connaissance de manquements des médecins et des mesures devraient être prises par les autorités de contrôle", indique dans le journal la Fédération des médecins suisses (FMH).

 

 

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00