La Liberté

02.05.2020

Pas de soutien à gauche pour Swiss sans protection du climat

Un soutien à Swiss sans contre-partie écologique n'est pas gagné d'avance, du moins à la gauche du Parlement helvétique, qui se réunit lundi à Bernexpo pour une session extraordinaire. © KEYSTONE/ENNIO LEANZA
Un soutien à Swiss sans contre-partie écologique n'est pas gagné d'avance, du moins à la gauche du Parlement helvétique, qui se réunit lundi à Bernexpo pour une session extraordinaire. © KEYSTONE/ENNIO LEANZA
L'UDC veut un retour à la vie normale, a expliqué le président du parti Albert Rösti. © KEYSTONE/PETER SCHNEIDER
L'UDC veut un retour à la vie normale, a expliqué le président du parti Albert Rösti. © KEYSTONE/PETER SCHNEIDER
Partager cet article sur:
02.05.2020

Deux jours avant le début de la session extraordinaire du Parlement dédiée à la crise du cornavirus à Bernexpo, les partis affûtent leurs arguments. Le PS, les Verts et les Vert'libéraux ne veulent pas secourir l'aviation sans protection du climat.

Le soutien à Swiss n'est pas gagné. Pour le PS, ces aides doivent être soumises à des conditions strictes dans les domaines social et environnemental.

Pour les Verts, le sauvetage du secteur aérien sans conditions climatiques n'est pas envisageable. Il rejettera le paquet de soutien s'il n'est pas assorti de conditions contraignantes pour protéger le climat.

Idem du côté des Vert'libéraux qui proposent que les crédits de transition pour soutenir Swiss et Edelweiss soient transformés en prêts à long terme. La Confédération devrait financer ces prêts par des obligations vertes et les coupler à des conditions de réduction de gaz à effet de serre à zéro en 2050.

Les compagnies aériennes, une fois sorties de l'urgence d'obtenir des liquidités, pourraient utiliser ces ressources pour investir dans des mesures de protection du climat.

PS et Verts: renforcer le pouvoir d'achat

Le groupe socialiste appelle à de nouvelles mesures pour renforcer le pouvoir d'achat. "Dans le cadre du chômage partiel, il faut garantir à 100% les salaires, pour tous les revenus jusqu'au salaire médian", déclare le président du groupe socialiste, Roger Nordmann.

"Nous devons aussi absolument éviter une augmentation des primes d’assurance-maladie". Il plaide pour un programme d'investissements et un fonds alimenté par les réserves de la BNS et des revenus élevés, pour financer une partie au moins des coûts de la crise. Les Verts tirent à la même corde.

La crise a aussi montré, selon le PS, qu’il est nécessaire de revaloriser certaines professions, d’importance systémique, mais qui sont peu reconnues et mal payées.

Reprise des travaux saluée

"Le Parlement peut enfin reprendre son rôle démocratique", souligne pour sa part le PLR. Son groupe parlementaire approuve le soutien au secteur de l'aviation ainsi qu'au service d'assitance des forces armées. Ce parti comme le groupe du centre (PDC-PBD-PEV) appuient dans son ensemble les crédits supplémentaires du Conseil fédéral, afin que les fonds nécessaires pour surmonter la crise puissent être octroyés.

Au vu des événements, le PLR souhaite que les milieux scientifiques et les autorités travaillent le plus étroitement ensemble, tant pour faire face à cette crise que pour se préparer à des crises similaires. Il veut également améliorer la résistance des entreprises pour les prochaines crises en renforçant leurs fonds propres via une déduction de l'autofinancement de l'impôt fédéral direct.

Le groupe PLR demande encore au Conseil fédéral de faire avancer le renouvellement du réseau de téléphonie mobile, ainsi que la numérisation générale du système de santé ou d'investir spécifiquement dans la recherche et le développement.

Mondialisation: rétropédalage

La pandémie montre combien l'économie helvétique et les soins de santé dépendent de la mondialisation. Le groupe du centre demande au Conseil fédéral de réduire la dépendance de l'économie suisse à l'égard des chaînes internationales d'approvisionnement pour les biens essentiels.

Cette semaine, la Suisse a fait ses premiers pas vers une nouvelle forme de normalité, d'autres suivront. Ce processus sera au moins aussi difficile que lorsque nous sommes entrés en semi-confinement, estime le PDC.

Retour à la normale

L'UDC veut lui un retour à la normale aussi vite que possible tant les pertes pour l'économie sont importantes. Lundi, ce parti va demander la levée de l'état d'urgence, la fin de versements de nouveaux subsides sur la base du droit d'urgence et l'opposition à l'idée que l'Etat force les bailleurs de renoncer aux loyers. Sur ce dernier point, le groupe estime qu'il s'agirait purement et simplement d'expropriation.

Comme un tiers des salariés sont au chômage partiel et plus de 150'000 personnes ont perdu leur emploi, la formation prône de suspendre la libre circulation des personnnes pour engager en priorité des chômeurs suisses.

Appel à la démission de Michael Lauber

Sans lien avec la crise du coronavirus, le groupe socialiste appelle à la démission du procureur général de la Confédération, Michael Lauber. Au vu du dernier rapport de l’Autorité de surveillance du Ministère public de la Confédération (AS-MPC), "Michael Lauber doit maintenant en tirer les conséquences et démissionner", déclare Roger Nordmann.

"Dans le cas contraire, le groupe socialiste soutiendra la motion ouvrant une procédure de mise en accusation au sein de la commission des affaires juridiques." Le PS estime qu’il est aussi urgent de résoudre les problèmes structurels autour du Ministère public de la Confédération et du Tribunal pénal fédéral.

Le PS n'est pas le seul parti qui veut voir le procureur général tourner les talons. Le groupe du centre soutient à l'unanimité une demande de destitution présentée par le PBD.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00