La Liberté

Les partis des russophones paraissent laminés

Le premier ministre letton Krisjanis Karins devrait garder son poste. © KEYSTONE/AP Ritzau Scanpix Foto/MADS CLAUS RASMUSSEN
Le premier ministre letton Krisjanis Karins devrait garder son poste. © KEYSTONE/AP Ritzau Scanpix Foto/MADS CLAUS RASMUSSEN


Publié le 01.10.2022
Partager cet article sur:


Le parti centriste Nouvelle Unité est arrivé en tête des législatives lettonnes samedi, selon un sondage sorti des urnes. Les partis proches de la minorité russe paraissent laminés.

Nouvelle Unité du Premier ministre sortant Krisjanis Karins est crédité de 22,5% des voix, devant la Liste unifiée (les Verts et des partis régionaux, 11,5%) et les Verts et les Paysans (centre droit, 10,9%).

Ils sont suivis par l'Alliance Nationale (centre droit, 8,4%) et les Progressistes (social-démocrate, 8,3%).

"Les résultats des élections paraissent prometteurs pour mon parti, mais il est trop tôt pour en dire plus", a déclaré M. Karins à l'AFP après l'annonce de ces chiffres.

S'ils sont confirmés, ces résultats devraient renforcer les chances de M. Karins d'être chargé par le président Egils Levits de former un nouveau gouvernement, lorsque le nouveau parlement commencera à fonctionner au début du mois de novembre.

Concernant la menace russe, M. Karins a déclaré : "Ni moi, ni mon gouvernement, ni mon pays ne réagissons par peur. (...) Nous continuerons à investir dans notre propre défense en tant qu'Etat membre de l'OTAN", a-t-il ajouté.

Il a précisé qu'il s'attendait à ce que les consultations sur la formation d'un nouveau gouvernement commencent lundi.

Le sondage publié par l'agence LETA et la télévision publique LSM confirme par ailleurs le déclin du parti social-démocrate Harmonie, proche de la minorité russophone (30% de la population), qui est crédité de 3,5% des voix, autrement dit il ne devrait avoir aucun député au nouveau parlement.

Chute graduelle

Arrivé régulièrement en tête des législatives pendant une décennie sans jamais trouver d'allié pour gouverner, et ayant frôlé 20% des suffrages en 2018, Harmonie a connu depuis une chute graduelle, accentuée par des affaires de corruption qui lui ont fait perdre la mairie de Riga.

Il a dit condamner l'invasion de l'Ukraine, mais est resté discret sur les atrocités dont les forces russes sont accusées en Ukraine.

Cette évolution a divisé l'électorat russophone. Un autre parti appuyé par une partie de la communauté russophone, Stabilité!, franchit à peine le seuil d'éligibilité avec 5,4%, tandis que son concurrent, L'Union Lettonne des Russes, considéré comme pro-Kremlin, reste derrière avec 3,2%.

Certains Lettons russophones considèrent que les comportements des autres Lettons à leur égard se sont détériorés depuis le début de la guerre et ont le sentiment que leur identité linguistique et culturelle est remise en question.

"Il est très probable que Karins obtiendra du président Egils Levits la désignation pour former son deuxième cabinet, mais le succès de cette tentative dépendra du nombre de petits partis qui dépasseront le seuil d'éligibilité de 5% et de leur accord éventuel pour soutenir Karins", a indiqué à l'AFP le politologue Marcis Krastins avant le début du scrutin.

"Les Russes qui envahissent l'Ukraine aident Karins car, dans ces moments-là, les gens ont tendance à se rassembler autour du drapeau", ajoute-t-il.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11