La Liberté

Le républicain Ron DeSantis réélu gouverneur de Floride (médias)

Etoile montante de la droite dure, Ron DeSantis s'est imposé face à l'ex-gouverneur Charlie Crist. © KEYSTONE/AP/Lynne Sladky
Etoile montante de la droite dure, Ron DeSantis s'est imposé face à l'ex-gouverneur Charlie Crist. © KEYSTONE/AP/Lynne Sladky


Publié le 09.11.2022
Partager cet article sur:


Le républicain Ron DeSantis a été réélu mardi gouverneur de Floride. Il est considéré comme un potentiel rival de Donald Trump pour l'investiture républicaine à la présidentielle de 2024.

Etoile montante de la droite dure, ce quadragénaire s'est imposé sans surprise face à l'ex-gouverneur Charlie Crist, un ancien républicain qui avait changé de parti. "Nous n'avons pas seulement gagné la réélection, nous avons redéfini la carte politique", s'est réjoui Ron DeSantis mardi soir, après l'annonce des résultats.

"Pour moi, le combat ne fait que commencer", a ajouté celui à qui l'on prête des ambitions présidentielles, qu'il n'a pour l'heure pas confirmées.

Les républicains ont remporté mardi une autre victoire dans cet Etat clé, le sénateur Marco Rubio conservant son siège. La Floride semble ainsi confirmer son ancrage républicain, une mauvaise nouvelle pour les démocrates à l'approche de l'élection de 2024.

Un poids lourd du GOP

Ron DeSantis, encore peu connu du grand public il y a quelques années, est devenu l'un des poids lourds du parti républicain. Il a récemment fait polémique en revendiquant l'envoi d'avions de migrants vers Martha's Vineyard, île huppée du nord-est des Etats-Unis.

Il avait ainsi rejoint un mouvement lancé par les gouverneurs républicains du Texas et de l'Arizona visant à envoyer des migrants vers les villes démocrates du nord et de l'est du pays, geste très politique destiné à séduire leurs électeurs.

Très engagé sur les sujets d'éducation, le républicain a aussi signé cette année une loi interdisant d'enseigner des sujets en lien avec l'orientation sexuelle ou l'identité de genre à l'école primaire. Le texte, très controversé, a été surnommé par ses opposants "Don't say gay" ("Ne parlez pas des gays").

Critiques de Trump

Ancien militaire à l'image lisse de père de famille, il offre un contraste marqué avec le style tempétueux de Donald Trump - qui l'a récemment surnommé "Ron-la-Morale". Le magnat de l'immobilier lui avait pourtant donné un important coup de pouce dans la course au siège de gouverneur en 2018, en lui apportant son soutien.

La rivalité entre les deux républicains est récemment montée d'un cran. Le week-end dernier, tous deux ont fait campagne en Floride, mais ont pris soin de s'éviter en participant à des événements distincts.

Si Ron DeSantis choisissait de se lancer dans la course à l'investiture, "je pense qu'il ferait une erreur", a d'ailleurs déclaré lundi Donald Trump. "Je pense que la base ne l'apprécierait pas. Je ne pense pas que ce serait bon pour le parti", a-t-il jugé.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11