La Liberté

La médecine au paléogénéticien suédois Svante Pääbo

La médecine a ouvert lundi le bal des Prix Nobel. © KEYSTONE/AP/Fernando Vergara
La médecine a ouvert lundi le bal des Prix Nobel. © KEYSTONE/AP/Fernando Vergara
Le Suédois Svante Pääbo, 67 ans, est récompensé du Nobel de médecine notamment pour avoir séquencé le génome de l'homme de Néandertal. © KEYSTONE/EPA/José Luis Cereijido
Le Suédois Svante Pääbo, 67 ans, est récompensé du Nobel de médecine notamment pour avoir séquencé le génome de l'homme de Néandertal. © KEYSTONE/EPA/José Luis Cereijido
Le Suédois Svante Pääbo, 67 ans, est récompensé du Nobel de médecine notamment pour avoir séquencé le génome de l'homme de Néandertal. © KEYSTONE/EPA/José Luis Cereijido
Le Suédois Svante Pääbo, 67 ans, est récompensé du Nobel de médecine notamment pour avoir séquencé le génome de l'homme de Néandertal. © KEYSTONE/EPA/José Luis Cereijido


Publié le 03.10.2022
Partager cet article sur:


Le prix Nobel de médecine a été attribué lundi au fondateur de la paléogénomique, le Suédois Svante Pääbo, 67 ans. Il est récompensé notamment pour avoir réalisé "ce qui semblait impossible", séquencer le génome de l'homme de Néandertal, a indiqué le comité Nobel.

"En révélant les différences génétiques qui distinguent tous les humains vivants des homininés disparus, ses découvertes ont donné la base à l'exploration de ce qui fait de nous, humains, des êtres aussi uniques", a salué le jury.

Grâce au séquençage d'un os retrouvé en Sibérie en 2008, il a également permis de révéler l'existence d'un autre homininé distinct et inconnu jusqu'alors, l'homme de Denisova, qui vivait dans l'actuelle Russie et en Asie.

Installé en Allemagne depuis des décennies - il travaille au prestigieux Institut Max-Planck - Svante Pääbo a découvert en 2009 qu'un transfert de gènes de l'ordre de 2% avait eu lieu entre ces homininés disparus, comme Néandertal, et Homo sapiens.

Pertinence physiologique

Ce flux ancien de gènes vers l'être humain actuel a une pertinence physiologique aujourd'hui, par exemple en affectant la façon dont notre système immunitaire réagit aux infections.

Ses travaux avaient ainsi récemment montré que les malades du Covid-19 portant un segment d'ADN de Neandertal - notamment en Europe, et plus notablement en Asie du Sud - hérité d'un croisement avec le génome humain il y a quelque 60'000 ans, sont plus à risques de complications sévères de la maladie.

"Les différences génétiques entre Homo Sapiens et nos plus proches parents aujourd'hui éteints étaient inconnues jusqu'à ce qu'elles soient identifiées grâce aux travaux de Pääbo", a relevé le comité Nobel.

Le chercheur suédois a su surmonter les difficultés posées par la dégradation de l'ADN dans le temps: après des milliers d'années, seules des traces demeurent, de surcroît largement contaminées par des bactéries ou des traces humaines modernes. L'homme de Néandertal a cohabité un temps avec l'être humain moderne en Europe avant de disparaître totalement il y environ 30'000 ans, supplanté par Sapiens, aux racines africaines.

Postdoc à Zurich

Pääbo, natif de Stockholm, avait été considéré comme nobélisable depuis longtemps. Mais il avait disparu de la liste des favoris ces dernières années.

"Il habite Leipzig, donc c'était facile de le joindre, il ne dormait pas", a raconté Thomas Perlmann, le secrétaire du comité Nobel. "Il était sans voix, très heureux, il m'a demandé s'il pouvait le dire à sa femme, j'ai dit d'accord. Il était incroyablement content".

Son père, Sune Bergström (1916-2004), avait également reçu le Nobel de médecine en 1982 pour des recherches liées aux hormones. Celui-ci est le père naturel de Svante, qui avait expliqué publiquement en 2014 être le fruit d'une aventure extraconjugale, d'où leurs noms différents.

Svante Pääbo a obtenu un doctorat en médecine à l'Université d'Uppsala en 1986. Il travaille ensuite jusqu'en 1987 comme chercheur postdoctoral en biologie moléculaire à l'Université de Zurich. Cette dernière lui a d'ailleurs remis un doctorat honoris causa en 1994. Il a également travaillé à l'Université de Californie à Berkeley avant de devenir professeur à celle de Munich en 1990.

Un exploit

La récompense est dotée de 10 millions de couronnes (environ 887'000 francs). Remporter seul un Nobel scientifique fait figure d'exploit de plus en plus rare - la dernière fois pour la médecine remonte à 2016.

Le millésime Nobel se poursuit à Stockholm mardi avec la physique et mercredi avec la chimie, avant les très attendus prix de littérature jeudi et de la paix vendredi, seule récompense décernée à Oslo.

Le plus récent prix d'économie clôt le millésime lundi prochain. Avec ce 113e Nobel de médecine ou de physiologie, ils sont désormais 226 à s'être vu décerner le prix depuis sa création, dont 12 femmes.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11