La Liberté

Il faut développer l'électricité renouvelable, selon un rapport

Le photovoltaïque et l'hydroélectricité forment l'épine dorsale de l'approvisionnement énergétique du futur esquissé dans le rapport des Académies. Ici, le barrage d'Albigna (GR), doté de panneaux solaires (archives). © KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER
Le photovoltaïque et l'hydroélectricité forment l'épine dorsale de l'approvisionnement énergétique du futur esquissé dans le rapport des Académies. Ici, le barrage d'Albigna (GR), doté de panneaux solaires (archives). © KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER
Le photovoltaïque et l'hydroélectricité forment l'épine dorsale de l'approvisionnement énergétique du futur esquissé dans le rapport des Académies. Ici, le barrage d'Albigna (GR), doté de panneaux solaires (archives). © KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER
Le photovoltaïque et l'hydroélectricité forment l'épine dorsale de l'approvisionnement énergétique du futur esquissé dans le rapport des Académies. Ici, le barrage d'Albigna (GR), doté de panneaux solaires (archives). © KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER


Publié le 18.08.2022
Partager cet article sur:


Un approvisionnement énergétique sûr avec des émissions nettes de gaz à effet de serre nulles en 2050 est réalisable à condition d'une approche coordonnée de tous les secteurs énergétiques, selon un rapport. Un fort développement du photovoltaïque est requis.

Dans ce nouveau rapport présenté jeudi devant la presse à Berne, les Académies suisses des sciences soulignent l'importance de mettre en place une politique énergétique cohérente qui relie et optimise les différents segments de marché, les sources d'énergie ainsi que le stockage à court et à long terme.

Les réseaux de chaleur, d'électricité et de combustibles doivent également être considérés ensemble et des synergies doivent être exploitées. Cette approche systémique est particulièrement importante durant le semestre d'hiver, a souligné Konstantinos Boulouchos, professeur à l'EPF Zurich.

Des garde-fous ainsi que l'implication de tous les acteurs sont nécessaires, mais il faut surtout un coup d'accélérateur, car les choses avancent souvent trop lentement en politique, a-t-il ajouté.

Le rapport part du principe que le trafic aérien doit également atteindre l'objectif net zéro émission.

Deux scénarios du pire

En proposant deux scénarios du pire dans le cas où aucun accord ne peut être conclu pour des importations d'électricité garanties en hiver, le rapport montre qu'un approvisionnement énergétique net zéro émission est également possible sans importations d'électricité.

Toutefois, le premier scénario, qui prévoit un approvisionnement énergétique national complet à l'exception du carburant d'aviation, entraîne une demande d'électricité irréaliste et des coûts et des conséquences environnementales très élevés.

Dans le deuxième scénario, le manque d'électricité pendant le semestre d'hiver, la chaleur industrielle à haute température et le carburant pour le trafic lourd sont couverts par l'importation de combustibles et de carburants renouvelables (produits avec de l'électricité à l'étranger).

Cela nécessite un développement moindre du photovoltaïque et implique un portefeuille largement diversifié de sources d'énergie. La dépendance vis-à-vis de l'étranger sera nettement réduite par rapport à aujourd'hui et répartie sur davantage de pays.

Photovoltaïque et hydroélectricité

L'approvisionnement énergétique du futur ainsi esquissé repose principalement sur l'énergie hydraulique et photovoltaïque indigène. La production d'électricité photovoltaïque doit être fortement augmentée et croître d'au moins un gigawatt par an.

Les combustibles renouvelables deviendront le troisième pilier de la production d'électricité en hiver, avec des contributions plus modestes de l'énergie éolienne et, éventuellement, de la géothermie profonde.

Dans les régions appropriées, les combustibles et carburants renouvelables peuvent être produits à l'étranger de manière nettement plus efficace et plus économique qu'en Suisse. La plupart d'entre eux peuvent également être transportés et stockés facilement.

Le développement de nouvelles technologies nucléaires doit être suivi de près, mais il ne devrait pas être en mesure d'apporter une contribution significative d'ici 2050, notent encore les auteurs.

Efforts dans tous les domaines

Un approvisionnement énergétique net zéro émission sans importations en hiver implique des coûts financiers et environnementaux élevés. C'est pourquoi la Suisse ne devrait pas seulement viser un accord sur l'électricité avec l'UE, mais commencer dès aujourd'hui à négocier des accords avec des Etats étrangers pour la fourniture d'hydrogène et de combustibles et carburants.

Pour atteindre les objectifs de l'accord de Paris sur le climat, des efforts sont nécessaires dans tous les domaines, les étapes devant être coordonnées dans le temps, selon le rapport. Ainsi, la rénovation des bâtiments doit être effectuée avant l'utilisation de pompes à chaleur, afin que les besoins en électricité ne crèvent pas le plafond en hiver.

La stratégie globale est la suivante pour chaque secteur énergétique: moins solliciter les services énergétiques en réduisant la demande des consommateurs finaux, augmenter l'efficacité des appareils, des machines, des processus industriels et des voitures, remplacer les sources d'énergie fossiles par des sources d'énergie renouvelables, principalement.

Le recyclage dans tous les domaines, la réutilisation du CO2 capté, l'extraction du CO2 de l'atmosphère et l'utilisation de technologies qui éliminent le CO2 par des processus chimiques ou biologiques et le stockent de manière permanente sont d'autres mesures évoquées.

M. Boulouchos a relevé que, pour atteindre ces objectifs, les taxes d'incitation sont préférables aux subventions. Elles devraient toutefois être atténuées pour les groupes de populations vulnérables.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11